Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Congrès jette le gant à l’administration Bush

La rédaction
visites
706
commentaire

L’ouverture du 110ème Congrès a été marquée par un changement d’attitude fondamental du Parti démocrate, ainsi que de nombreux républicains, envers la détermination du gouvernement de poursuivre sa politique de guerre. Même avant le discours du 10 janvier du président Bush, le groupe démocrate, suivant les conseils de l’ancien président Bill Clinton et de l’ancien sénateur George Mitchell, avait décidé de passer à l’offensive plutôt que de laisser le gouvernement mener le jeu. En témoigne le discours du sénateur Edward Kennedy au National Press Club, le 9 janvier, dans lequel il a annoncé son intention de déposer un projet de loi qui empêcherait l’expansion de la guerre. Par ailleurs, à la Chambre, la nouvelle présidente Nancy Pelosi a nommé John Murtha président de la sous-Commission chargée des crédits pour la défense.

Le sénateur Kennedy s’est livré à un véritable réquisitoire contre la politique étrangère de Bush-Cheney, tout en rappelant les responsabilités constitutionnelles propres au Congrès. « La législation que nous allons déposer aujourd’hui, dit-il, est courte mais essentielle. Elle oblige le Président à obtenir l’approbation du Congrès avant d’envoyer d’autres Américains en Irak. Et elle interdit au Président de débourser l’argent des contribuables pour une telle escalade sans l’approbation du Congrès. » Pour le sénateur du Massachusetts, il est temps que la branche législative réaffirme son rôle au sujet des pouvoirs de guerre. « Il faut un débat authentique sur la sagesse du plan du Président, dit-il. Que nous entendions le pour et le contre, avant de passer au vote en toute connaissance de cause. Que les Américains entendent la position qu’adoptent leurs représentants élus - oui ou non - sur l’un des grands défis de notre époque. Jusqu’à présent, un Congrès républicain rond-de-cuir a refusé de demander des comptes à la Maison Blanche à propos de l’Irak. Mais l’élection de novembre a radicalement changé tout cela. »

Une telle proposition de loi doit être examinée sans délai, expliqua Kennedy, afin d’empêcher l’envoi de renforts en Irak. Cependant, ne vaudrait-il pas mieux supprimer le financement de telles opérations militaires dans la nouvelle mouture de la loi sur les crédits de la Défense ? Pour Ted Kennedy, ce serait trop tard, dans la mesure où cette loi ne serait pas votée avant longtemps, et qu’il faut agir préventivement. Bush prend encore ses décisions en vertu de l’autorisation accordée par le Congrès avant l’invasion de l’Irak, alors que les conditions sont tout à fait différentes : cette autorisation était motivée par les prétendues armes de destruction massive irakiennes, qui n’ont jamais existé, et par le régime de Saddam Hussein, éliminé depuis longtemps.

Au Capitole, beaucoup ont été surpris par la virulence du président Bush envers la Syrie et l’Iran dans son discours du 10 janvier. Par conséquent, on remarque un nouveau sens de l’urgence chez les démocrates et un nombre grandissant de républicains. Lors de nombreuses discussions avec des représentants de l’EIR au Congrès, il est devenu clair que la tentative de démontrer l’intransigeance anticonstitutionnelle du gouvernement prendra trop de temps pour empêcher le prochain désastre, probablement une action militaire contre l’Iran et/ou la Syrie. La procédure de destitution s’impose donc de plus en plus comme seul moyen d’arrêter une action suicidaire pour les Etats-Unis.

Contactez-nous !

Don rapide