Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Congrès s’intéresse à Cheney et à la guerre

La rédaction
visites
622

Après que l’ancien chef de cabinet du vice-président Dick Cheney, Lewis Libby, a été reconnu coupable de parjure dans l’enquête sur la divulgation de l’identité de Valerie Plame, certains élus s’en prennent désormais à Cheney lui-même. En même temps, les dirigeants démocrates se sont enfin mis d’accord sur une stratégie pour empêcher l’escalade militaire en Asie du Sud-Ouest, activement promue par le président Bush.

Or, comme LaRouche le soulignait lors de sa conférence internet, la seule option valable pour le Congrès est d’écarter immédiatement du pouvoir le vice-Président, en lançant sans délai une procédure de destitution.

L’occasion pourrait s’en présenter à la faveur d’une prochaine séance de la commission de Réforme gouvernementale de la Chambre. Son président, Henry Waxman, doit en effet ouvrir une audition le 16 mars pour examiner ce que la Maison Blanche a fait - ou omis de faire - pour protéger l’identité de Mme Plame, un agent secret de la CIA. Waxman a demandé à rencontrer le procureur Patrick Fitzgerald, en présence du dirigeant républicain de la Commission, pour envisager qu’il vienne témoigner devant cette commission.

Lors de sa conférence de presse à l’issue du procès, Fitzgerald avait indiqué qu’il ne pensait pas poursuivre son enquête, mais interrogé par un journaliste de l’EIR sur une éventuelle coopération avec le Congrès, le procureur a répondu qu’il ferait ce qui est « approprié ».

Quant à la guerre, le dirigeant démocrate du Sénat, Harry Reid, a annoncé le dépôt immédiat d’une résolution contraignante, prévoyant le début du redéploiement des troupes dans les 120 jours suivant l’adoption de cette résolution, ainsi qu’un plein engagement diplomatique dans la région. Le texte du Sénat est nettement plus dur que celui de la Chambre, qui pose des échéances plus évasives.

Par ailleurs, le départ de Cheney est de plus en plus réclamé. Le 7 mars, l’ancien sénateur démocrate George McGovern a déclaré qu’après avoir suivi de près le procès contre Lewis Libby, il pense que le vice-Président ne peut rester en fonctions. « Ce que nous avons appris de sa conduite ne laisse subsister aucun doute qu’il doit quitter ses fonctions. S’il avait tant soit peu de respect pour la Constitution ou le pays, il démissionnerait », dit-il, avant de conclure : « Je n’ai plus le moindre doute qu’il ait commis des délits passibles de destitution ». Au niveau des Etats, la dynamique en faveur de l’impeachment se renforce également.

Contactez-nous !