Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Financial Times veut légaliser toutes les drogues

La rédaction
visites
2175

14 avril 2009 (LPAC) — Un éditorial du quotidien britannique Financial Times, généralement le porte-parole des intérêts des spéculateurs de la City de Londres, s’en prend virulemment à la « stupidité criminelle » de la guerre à la drogue américaine. Ce combat est jugé « erroné de tous les points de vue, puisqu’il cible des victimes innocentes. En pratique cette guerre est un désastre aux proportions considérables ».

Le journaliste, du nom approprié de Clive Crook (escroc en anglais), affirme sans honte que « bien plus de vies ont péri par la brutalité de la prohibition et par les vastes réseaux du crime organisé qu’elle a appelé à faire exister, que par les substances elles-mêmes. C’est le cas pour la cocaïne, l’héroïne et les drogues douces telle que la marijuana ».

Cette propagande rejoint le credo de l’hebdomadaire libéral The Economist —un hebdomadaire dont les journalistes restent anonymes— qui prône tout autant la légalisation du narcotrafic dans sa livraison du 7 mars ainsi qu’un éditorial du Financial Times du 4 avril allant dans le même sens.

Le vrai sujet n’apparaît qu’à la fin, quand Crook affirme que la drogue devrait être traitée comme l’alcool : une fois légalisée, elle rapportera des taxes alléchantes !

Inévitablement, cette légalisation provoquera « une hausse inévitable de la consommation des drogues en question », affirme Crook, mais cela n’est qu’un moindre mal comparé au boom économique d’une telle légalisation, capable d’apporter chaque année 100 milliards de dollars à l’économie américaine.

Crook, s’irrite fatalement devant le refus net exprimé par le Président Obama de s’engager sur la voie de la légalisation à un moment où le Président des Etats-Unis doit se rendre au Mexique pour affiner, avec son homologue mexicain Felipe Calderon, un plan commun visant à éradiquer les cartels de la drogue qui ravagent les deux pays.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !