Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Fonds européen d’instabilité financière a frappé !

La rédaction
visites
1245

5 janvier 2011 (Nouvelle Solidarité) – L’entité anticonstitutionnelle privée dénommée Fonds européen de stabilité financière (FESF), hébergée dans le paradis fiscal du Grand Duché du Luxembourg, a émis aujourd’hui ses premières obligations supranationales destinées à renflouer indirectement les banques irlandaises.

Les obligations émises par le FESF à un taux de 2,5% sont garanties par les 17 membres de la zone euro (moins la Grèce et l’Irlande). Le FESF prêtera ensuite cet argent levé auprès des marchés financiers à l’Irlande, au taux à peine usurier de 5%. Etant données les conditions imposées en échange par l’UE, la BCE et le FMI – un plan d’austérité de 15 milliards d’euros (10% du PIB) qui vient s’ajouter au précedent plan du même montant – qui ne font qu’accélérer l’effondrement de l’économie du pays, l’Irlande n’aura absolument pas les moyens de rembourser ces prêts à 5 ans.

Il s’agit de la première tranche de 5 milliards d’euros sur les 50 milliards prévus, qui permettra au gouvernement irlandais d’assumer les pertes abyssales des banques privées du pays qui servirent de véritable casino à la City de Londres et aux grandes banques du continent. Le reste du plan de renflouement viendra directement du FMI ainsi que du Fonds de réserve des retraites qui devait servir à payer les pensions des Irlandais. La prochaine tranche de 5 milliards d’euros sera mise sur les marchés en fin de mois par l’intermédiaire des banques Barclays, BNP-Parisbas, Deutsche Bank et HSBC (qui en plus de bénéficier de ces fonds pour couvrir leur exposition irlandaise, toucheront leur commission au passage).

Mais de nombreux observateurs craignent que ces nouvelles émissions ne fassent que saturer un marché obligataire déjà bien encombré par les autres Etats européens qui doivent refinancer leur dette pour plusieurs centaines de milliards d’euros en ce début d’année, particulièrement le Portugal et l’Espagne, deux pays sous le feu nourri des spéculateurs. Basées essentiellement sur la garantie AAA de l’Allemagne et de la France, ces obligations supranationales folles pourraient aussi faire grimper leurs taux.

Pas besoin d’attendre que tout se casse la gueule pour arrêter cette folie. Rejoignez la campagne Cheminade 2012 pour organiser dès maintenant le sursaut !

Contactez-nous !