Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le G20 aura lieu dans le plus grand paradis fiscal du monde : la City !

La rédaction
visites
2246

18 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) — Perfide Albion. C’est le titre de la Lettre de la City publiée par Le Monde du 18 mars sous la plume de Marc Roche, correspondant à Londres, qui s’interroge sur l’honnêteté de Gordon Brown, grand organisateur du G20 qui proclame vouloir « réformer » le système tout en étant le fidèle VRP du cœur financier de l’Empire britannique.

Citation : « Il y a de l’aigle impérial dans la manière dont Gordon Brown porte la tête, fixe le regard, crispe le menton et cloue du bec tout ce qui passe à sa portée. Seulement voilà : l’hôte du G20, qui doit se tenir le 2 avril à Londres, est un oiseau de proie à deux têtes qu’il ne montre jamais simultanément.

Ainsi, le Premier ministre britannique mène la croisade du G20 contre les paradis fiscaux, qu’il accuse de tous les maux de la planète. Pourtant, la plus grande, la plus belle, la plus sophistiquée, la plus perméable des ‘machines à laver’ les fonds troubles, est nichée à quelques encablures de l’Excel Exhibition Center, où doit se dérouler la réunion du G20. C’est la City de Londres. »

Et Roche ne s’arrête pas là. Il démontre comment Londres a été au centre de toutes les dérives car « la culture de cupidité de la City est à la base de ces graves dysfonctionnements » et « ses institutions savent se montrer accommodantes avec l’argent d’origine douteuse ».

La City compte aussi une armée d’avocats capables de concocter des structures financières sophistiquées et d’échapper aux « enfers » fiscaux. Par exemple, « Londres a permis aux traders d’utiliser le paradis fiscal de Jersey pour échapper à l’imposition de leur prime de fin d’année ».

Malgré la tourmente financière, constate Roche, « la capitale britannique est restée numéro un planétaire dans le négoce des devises, l’assurance, les services juridiques et comptable, la finance islamique, ou la gestion de patrimoine ».

« Chancelier de l’Echiquier entre 1997 et 2007, Gordon Brown n’a de cesse de combler la ‘Vieille Dame permissive’ qu’est la City. Cette relation spéciale s’est consolidée au 10, Downing Street, comme en témoigne l’armée de banquiers et d’ex-financiers figurant dans son entourage. S’il n’était pas écossais, on appliquerait assez volontiers au président en exercice du G20, le jugement lapidaire naguère décroché par Bossuet : ‘Perfide Angleterre’. Les participants au sommet sont prévenus. »

A lire : Libérons le G20 du diktat britannique : Pourquoi Malloch Brown doit partir

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !