Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Japon déjà en défaut de paiement

La rédaction
visites
825
commentaire

« Le Japon se trouve au milieu d’une crise marquée par une quasi-cessation de paiement », même si le gouvernement du Premier ministre Koizumi « veut en nier l’existence », a déclaré Lyndon LaRouche au cours de son webcast international du 24 janvier. En réponse à la question posée par un ancien haut fonctionnaire du ministère japonais des Affaires étrangères, LaRouche a estimé que le Japon « traverse une crise menaçant son existence même », tout comme l’Argentine. Ses vastes capacités d’exportation de technologies vers le secteur en développement ont « été détruites ». Pourtant, selon LaRouche, le Japon n’est pas condamné, il a « toutes sortes d’opportunités en Eurasie pour s’engager dans des accords à long terme de transfert de technologie ». Mais il préfère suivre les ordres de Wall Street et de Londres. Le Japon a fait marcher la planche à billets (...) pour subventionner les marchés financiers américains. (...) Il a maintenant atteint le point où il est techniquement en faillite. (...) N’attendez pas la déclaration officielle de cessation de paiement. Elle a déjà lieu. Il n’y a aucune possibilité de reprise ou de survie du Japon dans les conditions actuelles. (...) Et si le Japon coule, le dollar coule, car sans le soutien nippon, le dollar s’effondrera rapidement. Que ce soit une question de semaines ou de mois, peu importe. »

Des experts européens en économie ont confirmé la semaine dernière cette analyse de LaRouche, y compris à propos de l’analyse absurde de John Makin, de l’American Enterprise Institute. Le 23 janvier, l’un d’entre eux nous a confié : « Quiconque dit qu’un prochain choc économique japonais n’aurait pas de véritable impact sur les Etats-Unis est (...) soit un fou, soit un menteur, ou les deux. (...) Le Japon est la deuxième économie au monde. Je prévois avec une quasi-certitude (...) que le système bancaire va s’écrouler. (...) Et ce qui m’inquiète beaucoup, c’est que le gouvernement ne donne aucun signe d’avoir de véritables idées ». Selon lui, le Japon n’a pas d’autre choix que de « nationaliser le système bancaire ». Cela signifierait résister à Washington, « mais c’est exactement ce qu’il doit faire. Ce qui vient de Washington en matière économique est la plupart du temps complètement absurde. »

Un autre spécialiste européen estimait que le secrétaire au Trésor, Paul O’Neill, était au Japon « pour évaluer les dégâts que pourraient subir les banques américaines si les grandes banques japonaises venaient à fléchir. Si les banques japonaises devaient s’effondrer sous le poids des créances douteuses, le système bancaire américain serait gravement touché à cause de l’importance des relations interbancaires et en produits dérivés. (...) Les banques japonaises sont d’importants acteurs dans les marchés interbancaires et des produits dérivés, aussi une crise majeure au Japon provoquerait-elle une rupture sur les marchés internationaux. Et dans ces marchés, évidemment, les premiers acteurs sont les banques américaines. »

Selon cette source, les hedge funds ont vendu des bons du Trésor japonais, ce qui explique « pourquoi le rendement a augmenté de 10 points de base sur les obligations à 10 ans. (...) Je suis certain que la source est américaine, et non européenne. Ces opérateurs veulent hâter la fin de partie au Japon », dans l’espoir illusoire de pouvoir en tirer des profits. Mais « ceux-là pensent comme M. Makin, ils croient que cela n’aura aucun effet aux Etats-Unis. Ils sont vraiment fous. »

Contactez-nous !

Don rapide