Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le Liban à un point tournant

La rédaction
visites
781
commentaire

Les manifestations organisées à Beyrouth par l’opposition, c’est-à-dire le Hezbollah et le Mouvement patriotique libre de Michel Aoun, ne cessent de prendre de l’ampleur, avec une participation inédite le 10 décembre dernier.

Même si le Premier ministre Fouad Siniora a accusé le Hezbollah le 8 décembre de « tenter de fomenter un coup d’Etat ou du moins de menacer d’un tel coup », le dirigeant de ce mouvement, Hassan Nasrallah, a répété que « la porte reste ouverte à la négociation ». Nasrallah a soutenu la proposition formulée par le Conseil des archevêques maronites, prévoyant la formation d’un « gouvernement de compromis » et des élections anticipées pour remplacer le président Lahoud. De l’avis de Nasrallah, la proposition « contient plusieurs éléments positifs et vaut la peine d’être considérée ». En outre, une délégation dirigée par le chef de la faction parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, doit rencontrer le patriarche pour discuter de la proposition.

L’opposition demande à être représentée au gouvernement, proportionnellement à son poids politique dans le pays. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, qui s’est proposé comme médiateur dans le conflit, a suggéré une formule « un tiers plus un », où l’opposition obtiendrait un tiers des porte-feuilles ministériels plus un, lui conférant ainsi un droit de veto. Siniora a rejeté la proposition, selon des sources libanaises, de même que la secrétaire d’Etat américaine Condi Rice. Celle-ci a d’ailleurs clairement signifié à Moussa, à Washington, qu’elle ne soutenait pas son effort de médiation.

Des rapports publiés dans la presse libanaise, selon lesquels un accord aurait été trouvé pour un gouvernement d’unité nationale, n’ont pu être confirmés par des sources libanaises avec qui l’EIR a parlé. Michel Aoun aurait cependant annoncé, lors d’un rassemblement le 10 décembre : « Dans quelques jours nous renoncerons complètement à ce gouvernement et annoncerons la naissance d’un cabinet de transition. »

Contactez-nous !

Don rapide