Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité

Le Monde attaque la société postindustrielle mais ne voit pas un monde postfinanciarisation

La rédaction
visites
1028
commentaires

7 janvier 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans son édition d’hier, Le Monde salue le « retour en grâce de l’industrie » dans les préoccupations politiques et enterre définitivement le mythe de la société de service.

« Ces dernières années, la thèse selon laquelle le basculement d’une économie basée sur l’industrie vers une économie de services était inéluctable a fait florès. (…) La crise provoque aujourd’hui un réveil douloureux. La réalité s’impose : sans industrie, difficile de créer de l’emploi, de nourrir la croissance (…) Cette prise de conscience est tardive, et les dégâts provoqués par la consécration de la société « postindustrielle » sont considérables. (…) On a cru un temps que la perte [des industries] serait compensée par la croissance des services. Mais on a un peu vite oublié que l’industrie constituait le premier client des services et que, si l’on faisait disparaître la première, on ne pourrait pas faire prospérer les seconds. »

Si l’on ne peut que se féliciter de cette soudaine prise de conscience, il est de notre devoir de soulever deux questions fondamentales sans lesquelles parler d’industrie revient à prêcher dans le vide.

  • Il n’y aura pas de retour à une société de production sans mener le combat contre les intérêts financiers

La société postindustrielle est née en 1971 du démantèlement du système de Bretton Woods par l’oligarchie financière, dont le principe de taux de change fixes protégeait les monnaies et les industries nationales. Entre la fin de la Deuxième Guerre mondiale et les années 1970, Europe et Etats-Unis fonctionnaient sur la base d’une politique de crédit public où l’émission monétaire souveraine finançait le développement de l’infrastructure, la recherche technologique et la recherche fondamentale. Dès lors que l’on a laissé la City de Londres, Wall Street et leurs collaborateurs de tous pays s’emparer du crédit, l’on a signé le démantèlement des Etats-nations Républiques où l’industrie et l’ensemble des activités de production permettaient de financer les systèmes sociaux et les services publics voulus à la Libération et inscrits dans nos Constitutions. Aujourd’hui, la seule solution pour rétablir une croissance physique et sociale à long terme est de liquider le pouvoir des spéculateurs grâce à une procédure de Glass-Steagall global, étape incontournable avant de pouvoir rétablir un Nouveau Bretton Woods et des banques nationales finançant la production.

  • Pour que production rime avec développement, la politique industrielle ne doit pas se faire les uns contre les autres, mais les uns avec les autres

Le « retour en grâce de l’industrie » s’opère dans un contexte de guerre économique de chacun contre tous : Europe contre Etats-Unis, France contre Allemagne, Europe contre Chine, etc. Avec une économie mondiale incapable d’offrir une vie digne à l’humanité et menacée par l’effondrement de la bulle financière et monétaire mondiale, les politiques industrielles des différents Etats sont vouées à l’échec et ne pourront que sauvegarder tout au plus quelques grand conglomérats hautement technologiques mais incapable de subvenir aux besoins accrus de populations grandissantes. Seule une approche proposant de grands projets d’infrastructure continentaux et transnationaux – les corridors de transport et de développement Europe-Asie (« Pont terrestre eurasiatique »), le projet Transaqua pour l’Afrique subsaharienne, le projet de production d’eau et d’énergie NAWAPA en Amérique, etc. – est à même d’établir les bases d’une croissance pour tous et pour longtemps, en accroissant sans commune mesure la capacité d’accueil humaine de la Terre. Là encore, ce monde ne sera pas si on laisse les puissances financières mener à terme le démantèlement des Etats-Nations souverains, comme on le voit brutalement à l’œuvre aujourd’hui en Europe.

L’industrie, c’est la création, la production, la transformation. Tout changement politique doit être porté par ce sens que chaque être humain peut, et doit pouvoir, contribuer à cette transformation du monde.


Mouillez-vous : Cheminade2012, Le Projet !


Voir les 5 commentaires

  • sarah • 03/03/2011 - 09:32

    Enfin une prise de conscience bien qu’un peu tardive à mon avis !Voyons ce que dira l’avenir maintenant !

    casino en ligne< /h2>

    Pariez dans ce casino en ligne, les jeux de poker sont les mieux !

    Répondre à ce message

  • Vincent Crépel • 07/01/2011 - 14:47

    Merci pour cet article une fois de plus,
    aussi j’ai par ailleurs un besoin d’éclaircissement de votre part concernant justement ce monde postfinanciatisation :
    Quel sont vos positions et solutions d’encadrement concernant l’actionnariat en général,et tout particulièrement dans le secteur privé ?La question s’est posée à moi et j’ai évidemment été très embarrassé par cette question d’autant qu’il s’agit toujours des mêmes fonctionnements prédateurs de la Finance au sein du Capitalisme d’hier et d’aujourd’hui.
    Si vous pouviez me renvoyer à un article ou à un de vos dossiers concernant ce sujet,je vous en serais très reconnaissant,merci d’avance.

    • tony • 09/01/2011 - 17:03

      il faut que l actionnariat disparaisse avec l oligarchie et ce systeme perimé..parce que actionnariat ca veut dire benefice a tout prix donc pas possible de changer un systeme et de garder ca..ou alors un actionnariat des salariés d entreprise uniquement pour l interet de l entreprise et du commun..

    • pikpuss • 09/01/2011 - 17:52

      Mais comment chasser une mafia occulte qui a placé tous ses pions dans tous les rouages de la société ?

    Répondre à ce message

  • petite souris • 07/01/2011 - 18:35

    Félicitons-nous malgré tout que Le Monde fasse enfin le bon constat.
    En espérant que ce journal parle très bientôt des solutions, les vraies pour le bien commun avant que tout n’explose !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide