Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le « Nouveau Bretton Woods » de Gordon Brown : sauver la City et l’Empire

La rédaction
visites
1313

15 octobre 2008 (LPAC) – Lors d’une conférence de presse le 13 octobre, le Premier ministre britannique Gordon Brown a appelé de ses vœux une « solution globale » à la crise globale, capable d’offrir de « nouvelles règles pour des flux de capitaux globaux ».

Ignare ou menteur, il affirme ensuite que les accords de Bretton Woods furent conçus en 1944 par des « dirigeants pourvus d’une vue longue, tels que Roosevelt et Churchill ».

{}

Mais, déclare-t-il, ce Bretton Woods d’antan était conçu pour « une économie mondiale composé de marchés nationaux protégés et des flux de capitaux limités avec des taux de change fixes… »

Aujourd’hui, dit-il, nous avons besoin d’un « nouveau » Bretton Woods, différent de celui de 1944, afin de « créer une nouvelle architecture financière au service de l’âge global ».

Sans même mentionner sa sophistique, Brown avance ensuite une brochette de mesures telles que « la transparence », « l’intégrité », « la responsabilité », « la régulation et le contrôle ». Ce sont ces « principes » qui permettent de rassurer les marchés et d’obtenir une « économie globale ouverte de libre échange ».

{}

Pour conclure, Brown affirme que cet effort ne peut aboutir qu’à l’échelle planétaire, afin que « pour les générations à venir, Londres et l’Angleterre puissent rester le lieu d’excellence de la finance mondialisée ».

{}

Après tant de confetti, un journaliste lui demanda d’expliquer pourquoi l’ancien président de la Réserve fédérale Alan Greenspan, « qui a engendré tous ces problèmes », demeure son conseiller financier.

Gordon Brown a alors admis qu’en réalité, c’est Alan Greenspan qui est l’auteur de sa stratégie de sauvetage des banques.

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !