Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le bouclier antimissile américain vise la Russie, affirme Poutine

La rédaction
visites
992

6 février 2012 (Nouvelle Solidarité) — Après avoir annoncé le 17 septembre 2009 que son administration renonçerait à mettre en place le bouclier antimissile voulu par l’administration Bush pour l’Europe, Barack Obama est en train de passer en force pour réaliser au plus vite ce projet, tout en prétendant vouloir négocier avec les Russes. Une attitude qui n’est pas sans rappeler celle que les Etats-Unis reprochent à l’Iran, qu’ils accusent, sans la moindre preuve, de poursuivre son programme de développement de missiles nucléaires.

C’est ce qui a été révélé lors de la Conférence de Munich sur la sécurité samedi dernier, avec les discours du Secrétaire général de l’Otan, le général Anders Fogh Rasmussen, et du secrétaire américain à la Défense Leon Panetta.

Panetta a réitéré que le « Président Obama avait clairement dit que les Etats-Unis sont fermement engagés à construire un bouclier de défense anti-missile en Europe », tout en précisant qu’il sera composé d’un système-radar en Turquie, de missiles intercepteurs en Roumanie et en Pologne et de quatre navires équipés de missiles balistiques, basés à Rota en Espagne. Le centre de commandement sera quant à lui installé à Ramstein, située au sud-ouest de l’Allemagne, où se trouve déjà une base de l’OTAN.

Fogh Rasmussen a pour sa part dévoilé que les premiers éléments du bouclier seront opérationnels dès mai 2012, date de la prochaine réunion de l’OTAN à Chicago : « Nous n’avons pas fait autant de progrès que je l’aurais souhaité, mais il reste du temps avant Chicago et j’espère encore que nous [la Russie et l’OTAN] pourrions arriver à un accord », a-t-il déclaré. « Mais indépendamment de cela, nous allons continuer à développer un système de défense sous l’autorité de l’OTAN, car nous ressentons une forte responsabilité pour une protection efficace de nos populations contre la menace de missiles. »

En réponse au discours de Panetta, le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov a souligné qu’il « devrait être clair que la Russie ne soutiendra jamais un système qui déclencherait un nouveau cycle de confrontation », fondé sur une « formule issue du passé et pouvant nous faire glisser vers une nouvelle catastrophe globale. » Les Russes demandent des garanties écrites statuant qu’un tel système ne vise pas la Russie, et ce au plus tard avant mai 2012 également.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine à déclaré jeudi le 2 février lors d’une émission télévisée que ce bouclier vise bel et bien la Russie : « Il n’y a aujourd’hui pas de menace émanant de l’Iran ou de la Corée du Nord. Actuellement, la défense antimissile (américaine en Europe) vise certainement à neutraliser le potentiel nucléaire russe », comme le rapporte l’agence Ria Novosti. Il aussi ajouté que les radars et systèmes antimissiles déployés près des frontières russes couvriront le territoire de la Fédération jusqu’à l’Oural, bien que l’OTAN se refuse à apporter les garanties demandées. Poutine a conclu : « Il me semble que nos partenaires n’ont pas besoin d’alliés, mais de vassaux. Ils veulent dominer. »

Contactez-nous !