Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 13 janvier - Epidémie de grippe : le devoir de protéger Lire Flash : 12 janvier - Radio S&P 12 janvier 2017 - Qui a peur du grand méchant Trump ? Lire Flash : 11 janvier - Poutine-Abe : nouvelle phase d’une coopération renforcée Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le comité politique de LaRouche présente la « Loi de relance économique américaine de 2006 »

La rédaction
visites
704
commentaire

Dans le cadre de sa campagne visant à amener le Congrès à intervenir d’urgence pour sauver l’industrie automobile américaine et ses capacités en machines-outils, le Comité d’action politique de LaRouche vient de publier une nouvelle brochure : « Loi de relance économique américaine de 2006 ». La pièce maîtresse de la brochure, dont le tirage immédiat est prévu à un million d’exemplaires, est le projet de loi rédigé par Lyndon LaRouche, étayé par une documentation sur les capacités de l’industrie automobile en passe d’être démantelées. Plus de 9 millions de mètres carrés de capacités dans l’industrie automobile sont soit sous-utilisées soit vouées à la fermeture dans l’avenir immédiat.

Les présidents de l’IAM appellent au sauvetage de l’industrie automobile

Le président de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (IAM), Tom Buffenbarger, a demandé aux délégués de l’IAM, réunis le 15 mai à Washington afin de faire du lobbying au Congrès, de faire comprendre à leurs élus nationaux que la défense de la base industrielle américaine est une question de sécurité nationale. Il cita des extraits du discours prononcé par John Kennedy à la conférence de l’IAM en 1963, qui se référait à la notion de l’intérêt général de Franklin Roosevelt, et invita les délégués à lutter pour que l’Amérique assure la paix dans le monde en promouvant le développement économique et l’optimisme.

« Nous avons perdu la capacité de fabriquer les moyens de notre prospérité » et à présent, le Congrès a « abandonné la capacité de notre pays de se défendre », dit-il. Il ne reste que six chantiers navals aux Etats-Unis et on a perdu des capacités cruciales en machines ainsi que les qualifications des travailleurs nécessaires pour les produire. « Nous n’avons plus la capacité de former nos enfants pour se défendre » - non dans le maniement des armes, mais dans la maîtrise des machines-outils pour défendre la nation. Il invita les délégués à demander aux parlementaires ce qu’ils pensaient de la dernière revue trimestrielle (QDR) du Pentagone, étant lui-même persuadé qu’ils ne savent pas qu’il prévoit la transformation la plus radicale jamais effectuée de l’Armée, à travers la privatisation et l’externalisation.

Il ironisa sur la campagne électorale : en effet, à quoi bon élire des démocrates s’ils font la même chose que les républicains ? Il rejeta aussi le déploiement de patrouilles militaires à la frontière mexicaine, car le problème de l’immigration est dû à la mauvaise politique commerciale américaine comme l’Accord nord-américain de libre échange. « Les immigrants essaient simplement de nourrir leurs familles. Ne les rendez pas responsables d’une situation que nous avons créée. »

A l’ordre du jour législatif de l’IAM, il est prévu d’examiner la réforme du commerce, l’interdiction de délocaliser les usines d’armement, le redoublement de l’effort éducatif et de formation dans le contexte d’une véritable politique industrielle et la proposition de loi de Conyers sur la réforme de la santé publique.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide