Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le défaut de paiement argentin

La rédaction
visites
829
commentaire

La faillite de l’Etat argentine est une réalité - sa formalisation n’est qu’une question de temps. Fin octobre, le ministre argentin de l’Economie, Domingo Cavallo, s’est rendu à New York pour des discussions avec des dirigeants du Fonds monétaire international, du Trésor, de la Réserve fédérale et des banques américaines. Il a rencontré, entre autres, le président de la Réserve fédérale de New York, William McDonough, qui, en automne 1998, avait organisé le renflouement du fonds LTCM. De retour des Etats-Unis, Cavallo a annoncé le 29 octobre que son gouvernement avait mandaté le président de Merrill Lynch, Jacob Frenkel, ancien gouverneur de la Banque centrale israélienne, pour négocier avec les créanciers un rééchelonnement de toutes les obligations de l’Etat argentin détenues par des acquéreurs étrangers. Il a également annoncé que le gouvernement entamerait de nouveaux pourparlers avec les détenteurs argentins d’obligations, notamment les banques et les fonds de pension. En résumé, le gouvernement veut repousser l’échéance et baisser les taux d’intérêt sur 95 milliards de dollars d’obligations, parce qu’il ne peut pas honorer le service de sa dette dans les conditions actuelles.

Depuis le 29 octobre, les prix des obligations argentines, qui avaient déjà fortement chuté depuis juin, ont implosé, ce qui a fait monter en flèche les primes de risque. Le 1er novembre, le taux flottant sur les obligations venant à échéance en 2005 était à seulement 50 % de leur valeur nominale, tandis que le loyer grimpait à 52,6 %, soit trois fois plus qu’il y a quatre mois. Les problèmes de liquidités dans le secteur bancaire ont fait exploser le taux interbancaire sur les prêts à 24 heures : de 40 % le 31 octobre, il a atteint 80 % au cours des premières heures de transactions le 1er novembre, pour terminer la journée à 190 %.

Une cessation de paiements de l’Argentine aura des implications systémiques. Les 95 milliards de dollars d’obligations gouvernementales représentent à elles seules deux fois la valeur des obligations sur lesquelles le gouvernement russe a fait défaut en août 1998. Mais l’ensemble des engagements extérieurs argentins, y compris la dette et les portefeuilles d’investissements domestiques libellés en dollars, dépassent de loin les 200 milliards de dollars.

Contactez-nous !

Don rapide