Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le dessalement à l’aide du nucléaire, un projet russo-égyptien à l’étude

La rédaction
visites
1111
commentaire

Les Nations unies prévoient que plus de 12 millions de personnes mourront cette année en raison de la pollution de l’eau, d’un mauvais système sanitaire et de la pénurie d’eau. On estime qu’au niveau mondial, environ 1,2 milliard de personnes n’ont pas accès à de l’eau propre et qu’ils sont le double à être privés d’un système sanitaire acceptable. Pendant sa visite en Egypte la semaine dernière, le président russe Vladimir Poutine a discuté d’un accord de coopération entre les deux pays pour la construction de centrales nucléaires destinées au dessalement de l’eau de mer. « Les parties discuteront les détails techniques du document relatif au renforcement de la coopération bilatérale en matière du nucléaire », précisa Alexander Rumyantsev, le chef de l’Agence d’énergie atomique russe.

Le seul réacteur nucléaire de dimension industrielle utilisé à la fois pour la production d’énergie et pour le dessalement est celui construit en 1973 au Kazakhstan, qui a une capacité de 520 MW et d’environ 80 000 mètres cubes d’eau potable par jour. La Russie est aussi à l’avant-garde de l’effort pour produire de petits réacteurs nucléaires flottants, en s’appuyant sur l’expérience de la Marine russe, qui pourraient être installés dans les pays en voie de développement. Le Japon exploite dix usines pilotes de dessalement à l’aide du nucléaire, la Chine construit actuellement une centrale à double usage de 200 MW et l’Inde étudie des options de dessalement à l’aide du nucléaire. Tous ces efforts s’appuient sur la génération actuelle de réacteurs refroidis à l’eau, mais on obtiendra une efficacité bien plus grande avec des systèmes de réacteur à haute température, refroidis au gaz, où la chaleur est suffisamment forte pour permettre la décomposition directe de l’eau, sans recourir aux actuelles techniques de dessalement grosses consommatrices d’énergie.

Contactez-nous !

Don rapide