Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Le facteur synarchique aujourd’hui

La rédaction
visites
713
commentaire

La période fin juin-début juillet outre-Manche a été marquée par des querelles politiques hors du commun, opposant le directeur des communications de Downing Street, Alastair Campbell, à la compagnie nationale de radio et télévision, la BBC. Sans entrer dans les détails de l’affaire, on peut dire que de puissantes forces au sein l’establishment politique, du secteur militaire et des services secrets sont furieuses de constater à quel point le gouvernement Blair a exagéré, voire falsifié, certains renseignements sur les prétendues armes de destruction massive irakiennes, afin de faire entrer la Grande-Bretagne dans la guerre.

Comme Lyndon LaRouche l’a fait remarquer à différentes reprises ces derniers jours, cette situation offre un précédent historique crucial pour les Britanniques qui sont atterrés de voir Tony Blair s’aligner sur la « junte » néoconservatrice de Washington, dirigée par Dick Cheney : il s’agit de la lutte menée en Grande-Bretagne, à la fin des années 30 jusqu’en 1940, par Winston Churchill contre les puissants intérêts de l’establishment qui soutenaient les régimes fascistes sur le continent européen, en Allemagne, en Italie et en Espagne. A l’époque, Churchill comptait parmi ses adversaires lord Beaverbrook et lord Halifax, le duc de Windsor (le roi Edouard VIII qui abdiqua en 1936), sir Samuel Hoare, ainsi que le secrétaire de cabinet de Neville Chamberlain, sir Horace Wilson, RA Butler du Foreign Office et Kenneth de Courcy. Tous soutenaient la politique synarchiste consistant à aligner la Grande-Bretagne sur le fascisme européen.

Tout en mettant en garde Franklin Roosevelt contre le grave danger que les fascistes-synarchistes faisaient peser sur l’Amérique, Churchill pressait le président américain de s’allier à la Grande-Bretagne. En dépit de profondes divergences de vues philosophiques et politiques, les deux hommes développèrent d’étroites relations de travail pendant la guerre, assurant la défaite de l’Allemagne nazie.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 14 décembre le monde
en devenir

Don rapide