Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le fantasme des néo-cons français : entrer dans l’OTAN pour pulvériser l’Iran

La rédaction
visites
2634

Fin août 2007, voulant préparer le retour de la France dans le commandement unifié de l’OTAN, Nicolas Sarkozy a créé une commission de 35 membres chargée de rédiger un Livre Blanc de la Défense devant définir la nouvelle politique française dans ce domaine pour les quinze ans à venir.

Comme le révèle Le Canard Enchainé du 2 janvier 2008, cette commission, « outre les grands chefs militaires » s’avère un véritable nid de néo-faucons.

Prenons le cas de François Heisbourg, l’un des rares français à avoir dirigé le très néo-conservateur International Institute for Strategic Studies de Londres (IISS), qui n’avait pas hésité à déclarer, dès septembre 2002, que « les armes chimiques et biologiques existent bien (en Irak), et leur emploi est tout à fait possible en cas de guerre. »

Comme le note avec ironie le Canard, « ce grand stratège prônait l’envoi de troupes françaises sur place. Et il vient de pondre un ouvrage intitulé ‘Le choix des armes’ qui brode sur un des thèmes chers à Sarko et aux Israéliens : pulvériser l’Iran, c’est dix-huit mois de soucis contre trente ans de cauchemar si on leur laisse faire la bombe. »

(...) « L’autre inconditionnelle de l’Amérique, poursuit le journal satirique, est Thérèse Delpech, directrice des études stratégiques au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Cette néo-conservatrice exaltée, hier favorable à la guerre US en Irak, est partie en croisade contre l’Iran, ‘le grand perturbateur’. Dès 2005, elle exhortait les ambassadeurs européens à ‘quitter Téhéran’. »

(...) « Et un troisième larron, Bruno Tertrais, a récemment publié sa propre contribution : ‘Iran, la prochaine guerre’ »

Reprenant le commentaire d’un général trois étoiles, Le Canard remarque que les membres modérés de la commission « sont à classer dans la catégorie alibi. Leur indépendance d’esprit n’est pas en cause mais, sur ces sujets, ils n’y connaissent rien et les autres n’en feront qu’une bouchée. »

Pour conclure, soulignons ici que ni la défaite probable de l’administration Bush-Cheney, ni le fait que Sarkozy, sous pression de forces institutionnelles, mets -pour l’instant- le masque de la modération, n’a pu dissiper définitivement le danger des fantasmes belliqueux des néo-conservateurs français partisans d’un retour de la France dans l’OTAN.

Contactez-nous !