Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le faux « Al Qaeda » du Mossad à Gaza

La rédaction
visites
984
commentaire

Le gouvernement américain a reçu de l’Autorité palestinienne des éléments concrets établissant que le Mossad et d’autres services de renseignement israéliens ont été impliqués, pendant treize mois, dans une tentative de « recruter » des Palestiniens à une fausse « cellule d’Al-Qaida ». Ainsi, lorsque Ariel Sharon affirmait, le 4 décembre, détenir les preuves tangibles de l’activité de réseaux Al-Qaida dans la bande de Gaza et la Cisjordanie, il étouffait délibérément la vérité.

En fait, la présence d’une cellule Al-Qaida dans les territoires devait servir à justifier de nouvelles attaques israéliennes contre les Palestiniens. Mais l’Autorité palestinienne a coupé l’herbe sous les pieds du gouvernement israélien en prouvant, documents à l’appui, que c’était les services israéliens eux-mêmes qui essayaient de recruter de jeunes Palestiniens au terrorisme.

Selon Lyndon LaRouche, ces révélations, si elles sont confirmées, seront d’une importance stratégique cruciale pour torpiller les plans des faucons anglo-américains et israéliens, partisans d’une guerre en Irak. Il a également averti du danger qu’un « méga-attentat », imputé aux Palestiniens et à Al-Qaida, soit orchestrée par les fanatiques en Israël et leurs partisans anglo-américains et utilisée comme casus belli au Proche-Orient.

Dans plusieurs conférences organisées du 6 au 10 décembre, le colonel Rashid Abu Shbak, chef des Services de sécurité préventive palestiniens, a révélé que ses forces avaient identifié un certain nombre de collaborateurs palestiniens ayant reçu des agences de sécurité israéliennes l’ordre de « travailler dans le bande de Gaza sous le nom d’Al-Qaida ». Alors que presque toute la presse occidentale a fait l’impasse sur cette nouvelle, seule la chaîne de télévision Al-Jazeera, située au Qatar, l’a transmise.

Le colonel Shbak a déclaré : « Depuis neuf mois, nous avons enquêté sur huit cas différents, dans lesquels des représentants du renseignement israélien, se faisant passer pour des agents d’Al-Qaida, avaient recruté des Palestiniens dans la Bande de Gaza ». Il a précisé que trois hommes étaient encore détenus et que onze avaient été relâchés après avoir fourni des informations datant de mai 2002, époque à laquelle ils avaient reçu des appels téléphoniques et e-mails leur demandant de se joindre à une cellule Al-Qaida. « Nous avons enquêté sur l’origine de ces appels sur portables, ainsi que de ces messages, et nous avons découvert qu’ils venaient tous d’Israël », dit Shbak, ajoutant que l’argent viré aux Palestiniens en question « provenait de comptes bancaires à Jérusalem ou en Israël », et qu’ils avaient reçu aussi des armes, « même si la plupart de ces armes ne fonctionnaient pas ».

Deux jours plus tard, lors d’une nouvelle conférence de presse, le colonel Shbak a présenté un témoin choc : l’un des « recruteurs » palestiniens à l’opération Al-Qaida, qui a dévoilé le modus operandi du Mossad. Ce jeune homme, le visage masqué et baptisé « Ibrahim » pour des raisons de sécurité, a raconté son histoire. En octobre 2001, il avait fait publier sa photo ainsi que son numéro de mobile dans la page « contacts » d’un magazine de Jérusalem. En janvier, un certain « Youssef » l’a contacté, lui disant qu’il ressemblait beaucoup à un fils qu’il venait de perdre. Ils nouèrent alors des contacts au moyen de coups de fil passés sur un réseau de téléphonie mobile israélien et, pour aider le jeune homme en difficulté, Youssef lui vira 2000 dollars d’un compte en Jordanie, une somme considérable dans la bande de Gaza, l’encourageant par ailleurs à devenir un bon musulman. Selon Ibrahim, en mai 2002, cinq mois après leur premier contact, « il m’a dit franchement : tu es un bon candidat pour travailler avec nous en compagnie d’Oussama ben Laden et d’Al-Qaida. ». Youssef disait avoir déjà créé une cellule en Israël.

A ce moment-là, Ibrahim décida de contacter les services de sécurité palestiniens, qui lui demandèrent d’abord de garder le contact avec Youssef. Ce dernier lui a alors donné des instructions précises, selon lesquelles il devait revendiquer au nom d’« Al-Qaida/Branche des martyrs de Gaza », des attentats que le réseau de Youssef commettrait en Israël. « Ibrahim » a dit que cela aurait été le « Communiqué numéro un d’Al-Qaida/Branche desmartyrs de Gaza » aux médias internationaux. A partir de ce moment-là, les services de sécurité palestiniens ont fait couper le contact entre les deux hommes, car la situation devenait trop dangereuse.

Dans une déclaration séparée, le président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, a déclaré à des journalistes que les affirmations de Sharon concernant les opérations d’Al-Qaida dans les territoires palestiniens « sont un gros, gros, gros mensonge ».

Contactez-nous !

Don rapide