Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le gouvernement Bush a tout fait pour provoquer l’essai nord-coréen

La rédaction
visites
1004

En apprenant le 9 octobre la nouvelle de l’explosion souterraine d’un engin nucléaire en Corée du Nord, Lyndon LaRouche a commenté : « Il est clair que le gouvernement Bush a exercé toutes les pressions possibles sur les Nord-Coréens justement pour les amener à conduire cet essai souterrain, somme toute mineur. Il leur a dit de s’incliner ou de la fermer. Ce gouvernement voulait cet essai. Il a tout fait pour en arriver là - et nous y voilà. Les seuls à qui il faille reprocher cet essai, ce sont les Etats-Unis. Les Coréens voulaient en fait de la nourriture, ils ont beaucoup de gens affamés. »

Cette évaluation a été confirmée par un ancien ambassadeur américain en Corée du Sud, qui a confié à l’EIR : « C’est la méthode de l’intimidation brutale. Les Etats-Unis menacent et menacent encore en Asie, tout comme ils l’ont fait au Moyen-Orient, et ils vont en payer les conséquences. » D’après lui, le gouvernement américain est content que cet essai ait eu lieu.

La radio publique iranienne a également tenu Washington pour responsable de cet essai : « Non seulement les Etats-Unis n’ont pas levé les sanctions qu’ils avaient imposées à la Corée du Nord, mais ils ont même augmenté la pression diplomatique. C’est cette pression qui amena Pyongyang à conduire son essai nucléaire. » Le rapport concluait que cet essai est « la réponse nord-coréenne aux menaces américaines et à l’humiliation subie ». Un ancien diplomate allemand en Chine a fait le lien avec la politique de non engagement de Washington dans les entretiens à six. Tout comme l’ancien ambassadeur américain cité, il craint une riposte militaire de la part du Japon.

L’ancien chef d’état-major pakistanais, le général Mirza Aslam Beg, a également lié l’explosion aux pressions et menaces d’attaque militaire. Le général Beg, comme bien d’autres, a déploré la politique de deux poids, deux mesures en matière de technologie nucléaire : oui pour Israël et l’Inde, non pour la Corée du Nord et l’Iran (avec son programme civil).

Alors que l’ambassadeur américain à l’ONU, John Bolton, et le président Bush ont employé une rhétorique incendiaire, parlant de « menace à la paix et la sécurité internationale » et d’« acte provocateur », la réponse russe et chinoise était ferme, mais mesurée. Tous deux appellent à une reprise des entretiens à six. LaRouche pense que Moscou et Pékin tenteront de calmer le jeu, dans la perspective des élections américaines.

Contactez-nous !