Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Le narco-blanchiment plus fort que le plan Paulson ?

visites
2408

Dans une interview publiée lundi dans un hebdomadaire autrichien, le directeur général du Bureau des Nations unies sur les drogues et la criminalité (UNODC), l’italien Antonio Mario Costa, affirmait que son agence détient les preuves que de nombreuses banques ont été sauvées par l’argent de la drogue, dont la vente au détail dans le monde rapporterait plus de 320 milliards de dollars par an.

En novembre, dans un article publié sur son blog, alors que le système bancaire était aspiré dans la tempête, Mario Costa montrait du doigt la connivence de nature entre le crime organisé et le système financier, devenant évidente avec la crise :

« Les banquiers ont non seulement créé des instruments financiers monstrueux dont la taille, la complexité et la propriété restent incompréhensibles, mais nombre d’entre eux se sont lancés dans quelque chose de stupide et de diabolique : ils ont permis à l’économie criminelle d’intégrer l’économie mondiale.
Les banques d’affaires, les gestionnaires de fond et les opérateurs, associés aux auditeurs, aux comptables et aux avocats, ont aidé les mafias à blanchir les revenus du crime et à devenir des partenaires d’affaires ‘réglos’. La plupart du temps, ces crimes sont de type mafieux, violentant des individus, des sociétés ou des propriétés. Dans d’autres cas, il s’agit de corruption : une violence silencieuse et pernicieuse contre les fonds gouvernementaux et les services publics qui restent sous-financés.

« Les banques avides ont pris et dissimulé cet argent entaché de sang. Les instruments financiers complexes ont délibérément rendu les marchés financiers moins transparents et plus accessibles aux malversations. Grâce aux banquiers, aux comptables et aux avocats, les groupes criminels sont devenus des sociétés multinationales : une sorte de mafia bourgeoise, de syndicat du crime en col blanc. Aujourd’hui, la crise financière est l’occasion extraordinaire d’une plus grande pénétration par la mafia des établissements financiers qui se retrouvent à court de cash : avec la crise bancaire qui a étouffé le crédit, ces groupes criminels, fortement pourvus en cash, sont devenus la seule source de crédit. Personne ne semble avoir contesté les affirmations de Roberto Saviano dans son livre et son film Gomorra, affirmant que ‘ce n’est pas la Camorra qui va à la finance, mais la finance qui vient à la Camorra’ ».


Illustrations de blanchiment d’argent sale via le système financier mondialisé


JPEG - 10.4 ko
 
Le "Grasso abrazzo", accolade entre Richard Grasso, président du New York Stock Exchange, et Raul Reyes, directeur financier des FARC, le 26 juin 1999 dans la jungle colombienne

_

GIF - 104.8 ko

source du diagramme :

Publié dans Un Monde Sans Loi, ed. Stock, Janvier 1998
Disponible sur http://www.barons-marques.info/article.php?titre=techniques_blanchiment

Contactez-nous !