Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le nouveau plan de lutte anti-terroriste a un parfum de dictature

La rédaction
visites
721
commentaire

Le Washington Post du 8 août rapportait que pour la première fois de son histoire, le Commandement Nord a préparé un plan pour protéger les Etats-Unis en cas d’attaques terroristes sur son territoire et organiser la riposte. Selon cette source, au début de cette année, le Pentagone a donné ordre au Commandement Nord d’établir des plans permettant de faire face à trois attaques simultanées. Il y aurait ainsi deux plans classés secret défense : 1) le Conplan 2002, qui rassemble les ordres déjà émis pour les missions internes, touchant aux opérations aériennes, maritimes et terrestres, et organise les actions préventives et dissuasives aussi bien que les ripostes ; 2) le Conplan 0500, qui traite explicitement les quinze scénarios potentiels de crise. La stratégie s’appuie amplement sur l’utilisation des troupes de la Garde nationale, déjà aux limites de leurs possibilités à cause de la guerre d’Irak, mais aussi, si nécessaire, sur les forces d’active de l’armée régulière.

Les planificateurs du Pentagone ont fait savoir au Congrès qu’ils ne voient pas la nécessité de modifier la loi dite du « Posse Comitatus » de 1878, qui interdit l’utilisation des forces armées pour le maintien de l’ordre au sein des Etats-Unis, puisque de toute façon, les opérations intérieures seraient menées sous l’autorité du Président, en tant que Commandant en chef des armées, comme le prévoit la Constitution. Cependant, l’amiral Timothy Keating, du Commandement Nord, n’a pas exclu une tentative d’obtenir un amendement de cette loi.

En juin, le Pentagone a rendu public un rapport non classifié intitulé « Stratégie pour la défense du territoire national [homeland] et protection civile », qui présente au public la façon dont le département de la Défense prendrait le commandement des missions militaires aux Etats-Unis en cas d’attaque terroriste ou autre, détaillant dans quelles circonstances l’armée pourrait venir appuyer les autorités civiles. Le document affirme que tout d’abord, les militaires tenteront d’empêcher que ces attaques puissent pénétrer le territoire américain, mais qu’en cas d’échec, « ils défendront le territoire contre des attaques provenant du territoire ou de l’espace aérien américain. » Ces plans semblent être une remise à jour de plans plus anciens, notamment de l’Operation Garden Plot des années 60, qui reste toujours la doctrine en vigueur pour les opérations militaires au sein du pays.

En 2002, Lyndon LaRouche avait averti que la création d’un Commandement Nord serait un pas vers l’établissement d’une dictature militaire pour l’Amérique du Nord et les Caraïbes.

Mike Walker, ancien secrétaire de l’armée et ancien responsable de la FEMA (l’Agence fédérale de gestion des catastrophes), s’est prononcé publiquement sur les commentaires de l’amiral Keating, s’opposant fortement à l’idée de laisser aux militaires la responsabilité de répondre à une attaque terroriste utilisant des armes de destruction massive, sur le sol américain. « L’armée n’est responsable en aucune circonstance », a insisté Walker, rappelant que la directive présidentielle N° 5, instaurant le département de la Sécurité intérieure, donne au secrétaire de cette institution la charge de la réponse fédérale. Les militaires pourraient être appelés à soutenir les agences civiles, a dit Walker, mais même si c’est le cas, c’est la Garde nationale et pas le Commandement Nord qui seront les premiers à être appelés. « Les civils sont toujours au commandement - toujours », a déclaré Walker.

Contactez-nous !

Don rapide