Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 18 janvier - JC2017 : je comprends la colère du port du Havre Lire Flash : 18 janvier - JC2017 : Rendre la vaccination contre la grippe de nouveau obligatoire chez les personnels de santé Lire Flash : 16 janvier - Radio S&P 16 janvier 2017 - Moment hystérique ou moment historique ? Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le « père de l’euro » veut une monarchie européenne pour vous éviter une dictature !

La rédaction
visites
1889
commentaire

30 août 2011 (Nouvelle Solidarité) – Idéologue clé de la mondialisation financière lancée après-guerre pour détruire le monde post-colonial des Roosevelt et des de Gaulle, l’économiste Robert Mundell, le « père de l’euro », vient d’affirmer au quotidien économique italien Il Sole 24 Ore que la prochaine étape du sauvetage de la monnaie unique européenne est d’abolir la démocratie et la souveraineté des peuples. Le Coup d’Etat des banques en Europe, via les nouveaux pouvoirs donnés au fond de renflouement FESF, nous l’indiquait déjà, mais là, au moins, pour ceux qui ne préfèrent pas voir ce qui crève les yeux, l’intention est explicite.

Le problème n’est pas l’Euro, explique t-il, mais «  la vision à court-terme des démocraties, dans lesquelles les politiciens ne voient pas plus loin que la prochaine élection. Aujourd’hui, personne n’aime les systèmes tels que la monarchie, mais il s’agit au moins d’une forme de gouvernement qui implique des perspectives à long-terme.  »

Puis d’éclaircir là où il voit le problème : «  Prenez les retraites. En Italie, les retraités percevaient normalement 80 % de leur dernier revenu, maintenant ils n’en perçoivent plus que 60-70 %, mais c’est encore beaucoup trop. Et cela n’a aucun sens de partir à la retraite à 62 ans lorsqu’on vit jusqu’à 82 ans.  »

Au quotidien viennois Die Presse , il a présenté sa vision d’une réduction radicale des retraites : «  Il faut réduire les retraites de façon drastique. La société ne peut tolérer 70 % du dernier revenu à la retraite. Un bon niveau serait 40 %.  » Dans ses interview, Mundell se prononce aussi pour la création d’un ministère des Finances européen et la levée d’impôts européens directs d’au moins 5 % ; ni plus ni moins que la fin des Constitutions.

Pour Mundell, qui en tant que Canadien est un obligé de la monarchie britannique, tout est clair : soumettez-vous à la Monarchie ou alors on vous imposera une dictature. A juger les intentions de l’ennemi, vous n’avez plus rien à perdre qu’à vous battre.

Qui est Robert Mundell ?

Né en 1932 au Canada, Robert Mundell, est Nobel d’économie 1999 et auteur en 1961 de la « Théorie des zones monétaires optimales ». Il a apporté une contribution essentielle à la création de l’UEM et de l’euro, aux côtés d’Alexandre Kojève, Robert Marjolin, Jacques Delors et Jean Claude Trichet, la fine fleur de la haute administration française. C’est à la London School of Economics qu’a pris naissance sa théorie de monnaie unique, alors qu’il étudiait sous la direction de Lionel Rubbins, l’un des activistes de l’ultra-libérale Société du Mont-Pèlerin. Il rejoignit ensuite l’Université de Chicago, base d’opérations non seulement de Milton Friedman, mais aussi de l’école néo-conservatrice fondée par Léo Strauss. Promu économiste en chef du FMI en 1961, Mundell a été conseiller auprès du comité monétaire de la CEE en 1970 et a fait partie en 1972/73 du groupe d’études de la CEE sur l’Union monétaire.

Voir notre dossier spécial : Ces Français qui ont ouvert l’Europe aux financiers anglo-américains

Voir le commentaire

  • petite souris • 30/08/2011 - 22:34

    ... si j’ai bien compris, la mondialisation n’est que mal prononcée la mundellisation !!!

    Supprimer les démocraties pour asseoir la dictature de l’empire financier britannique est "obviously" la seule solution, tellement simple qu’il faut un prix Nobel pour nous l’expliquer...
    ... mais alors pourquoi, si la dictature est la solution à long terme, vouloir supprimer les dictateurs comme Saddam Hussein, Khadaffi, Kim Jong-Il, la junte birmane etc...

    ... bien sûr une retraite à 40% du salaire est la bonne et la seule solution pour réduire les dettes des états mais pas pour renflouer les banques, puisque les pauvres n’auront plus d’argent...

    ... donc je ne comprends pas bien. ???????????????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide