Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Le pétrole mexicain dans le collimateur

La rédaction
visites
949
commentaire

A peine Felipe Calderon était-il déclaré Président élu du Mexique le 5 septembre dernier qu’il envoya son coordinateur pour les affaires internationales, Arturo Sarukhan, assister à une rencontre privée très discrète, du 12 au 14 septembre, dans le somptueux hôtel Fairmont Banff Springs de Banff, dans la province d’Alberta au Canada. L’événement, sur le thème « La prospérité continentale dans le nouvel environnement sécuritaire », était co-présidé par George Shultz, le sponsor du régime de Pinochet, Pedro Aspe (ministre des Finances du gouvernement de Carlos Salinas de Gortari, et membre de PlaNet Finance aux côtés de banquiers de haut rang comme Felix Rohatyn) et l’ancien Premier ministre d’Alberta, Peter Lougheed.

La session portant sur « une stratégie nord-américaine pour l’énergie », où il était question de la privatisation de Pemex (Petroleos Mexicanos), réunit l’un de ses directeurs, Vinicio Suro, ainsi que des représentants de Chevron et d’autres groupes énergétiques internationaux, des spécialistes du Council on Foreign Relations et divers membres de l’administration Cheney. Bien qu’attendue, la présence du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld n’a pas été confirmée. Selon la presse, les discussions étaient centrées sur les liens en Amérique du Nord entre systèmes de défense, militarisation, sécurité nationale, frontières, immigration, production militaire et ressources énergétiques. En gros, il s’agit du plan énergétique que Dick Cheney avait ébauché pour l’administration Bush il y a plusieurs années.

Une semaine plus tard, le 21 septembre, des banquiers, hommes d’affaires et membres du gouvernement mexicain se réunissaient sous l’égide du magazine Forbes pour discuter d’un « Mexique nouveau » dans lequel, espèrent-ils, l’industrie pétrolière serait privatisée.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 12 décembre le monde
en devenir

Don rapide