Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Le pouvoir de prospérer »

La rédaction
visites
671

Dans le contexte de son attaque frontale contre la globalisation qui s’est imposée ces trente-cinq dernières années, Lyndon LaRouche a rédigé un nouveau document intitulé Le pouvoir de prospérer. Pour comprendre comment orienter le processus d’une économie physique, explique-t-il, on doit comprendre comment un principe physique universel définit un « champ », qui lui-même définit le potentiel du cadre dans lequel la production se déroule. De ce point de vue, on comprend pourquoi « le transfert de la production d’un produit d’une économie développée vers une économie moins développée, même si on garde une technologie de conception et de production identique, a entraîné, au cours du dernier quart de siècle, un effondrement net du taux de génération de la productivité par tête dans l’ensemble du monde . »

Si le processus de globalisation se poursuit, écrit LaRouche, il ne sera plus possible d’éviter un nouvel « âge des ténèbres ». L’économiste américain avait développé ce point au cours d’une discussion avec des diplomates, le 26 avril. Les Chinois sont sur la bonne voie avec leur perspective de développement sur deux générations : la génération actuelle se sacrifie pour pouvoir assurer le développement de l’infrastructure et celle qui suit pourra en récolter les fruits afin de développer l’industrie et l’agriculture. Cependant, ils ont peu de chances de réussir seuls ; les problèmes de pauvreté en Chine, de même qu’en Inde, sont si grands et les besoins en infrastructure si immenses qu’une aide extérieure est nécessaire, qui peut être fournie par l’Europe, le Japon et les Etats-Unis.

Si l’on transfère une usine d’une zone où les salaires sont élevés, pour la raison qu’une économie avancée doit maintenir l’infrastructure déjà en place, vers une zone de bas salaires où l’infrastructure n’est pas encore développée, la productivité de cette usine va baisser, ce qui représente une perte nette pour la productivité de l’économie mondiale. Ceci constitue un problème mondial aujourd’hui - pourtant, les économistes l’ignorent, sans parler des dirigeants politiques et des populations.

Contactez-nous !