Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le premier ministre britannique pris en flagrant délit de dissimulation du “scandale du siècle” de la BAE

La rédaction
visites
1753

Le premier ministre britannique Gordon Brown a été pris en flagrant délit de dissimulation dans l’affaire de la BAE, ordonnant la fermeture de l’Organisation des Services d’Export de la Défense (DESO)

26 juillet 2007 (LPAC) - Le premier ministre britannique Gordon Brown a été pris en flagrant délit de dissimulation dans l’affaire de la BAE, ordonnant la fermeture de l’Organisation des Services d’Export de la Défense (DESO), tentant d’enterrer les preuves concernant l’implication de l’agence du gouvernement dans les contrats d’armement “Al Yamamah”, vieux de plus de vingt ans, et impliquant des milliards de dollars. Cela, après que trois députés de la Commission des Comptes Publics, laquelle dépend de la Chambre des Communes, aient eu écrit au Cabinet d’Audit National pour enquêter sur le rôle de la DESO. Cela encore, après que l’enquête de l’agence gouvernementale Serious Fraud Office ait été arrêtée par le premier ministre sortant Tony Blair, comme un avant-goût de la même opération de dissimulation !

Un représentant de la Commission des Comptes Publics a dit à l’EIR News Service que le 11 juillet, le Libéral Démocrate John Pugh, membre de cette même Commission, avait écrit au Cabinet d’Audit National demandant qu’une enquête sur la DESO soit ouverte. Le directeur du Cabinet, Sir John Bourn, un officiel du ministère de la défense dans les années 80, alors que les contrats Al Yamamah-BAE étaient en cours de négociation, refusa d’autoriser la police du ministère de la défense et le Serious Fraud Office de réexaminer un rapport que le Cabinet d’Audit écrivit durant les 14 dernières années sur les contrats Al Yamamah.

Peut-être que Gordon Brown, qui pourrait souhaiter connaître son destin, devrait porter plus d’attention au LaRouchepac.com. Le 28 juin, Lyndon LaRouche avertit que la manière dont le nouveau premier ministre britannique Gordon Brown s’occuperait du scandale de la BAE pourrait déterminer s’il reste au pouvoir ou non.

Brèves contenue dans :
« Pots de vin » de BAE :
derrière la corruption, un Watergate international

Contactez-nous !