Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le président équatorien avertit l’oligarchie : vous ne nous vaincrez pas !

La rédaction
visites
728

Le 27 mai, lors d’une conférence qui s’est tenue dans la province de Los Rios, le président équatorien Rafael Correa a fait état des menaces de mort constantes dont il est la cible et du fait que certaines personnes veulent « lui trouer la peau ».

(LPAC) Le 27 mai, lors d’une conférence qui s’est tenue dans la province de Los Rios, le président équatorien Rafael Correa a fait état des menaces de mort constantes dont il est la cible et du fait que certaines personnes veulent « lui trouer la peau ». Il a cependant réaffirmé que le peuple et le gouvernement « resteraient unis contre l’oligarchie » qui s’oppose à son projet pour le pays. « La mère patrie nous appartient à tous », a-t-il dit.

Deux jours plus tôt, Correa avait averti qu’une conspiration se tramait contre son gouvernement, faisant écho aux avertissements lancés par l’ancien président Abdala Bucaram, le 25 mai dernier, à l’agence de presse Gamavision.

Les menaces de déstabilisation et d’assassinat contre Correa s’expliquent par le rôle décisif qu’il joue aux côtés du président argentin Nestor Kirchner, entre autres, dans la mise en place de la Banque du Sud. De plus, sa volonté affichée de rétablir la souveraineté nationale et de défendre le principe de bien commun pour la population rendent les milieux oligarchiques équatoriens totalement hystériques. Ce sont d’ailleurs ces milieux qui animent la « chasse aux sorcières » menée contre le ministre des Finances Ricardo Patino, un des plus proches alliés de Correa, qu’ils accusent de corruption dans la gestion des obligations sur la dette globale.

Dans ses déclarations du 25 mai, Correa a répondu de façon très claire à ces menaces. « (Je ne dis pas) ceci par arrogance ou par vanité. Ceux qui nous attaquent ne comprennent pas (...) que dans notre vocabulaire, le mot subordination n’existe pas (...) Aucune conspiration ne pourra vaincre la volonté indomptable des hommes et des femmes de ce pays (...) Aucune conspiration ne pourra vaincre ce peuple qui marche fièrement vers la liberté. Au contraire, le gouvernement de cette révolution citoyenne saura comment se battre avec ces ennemis de l’histoire . »

Contactez-nous !