Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le président nigérian attaque le G-8 sur la dette

La rédaction
visites
802
commentaire

S’exprimant à la conférence sur la dette qui s’est déroulée, en parallèle, avant le sommet du G-8 d’Okinawa, le président nigérian Olisegu Obasanjo a fait remarquer que le Nigeria, ayant une dette étrangère de 30 milliards de dollars, doit payer 1,5 milliard de dollars par an au titre du service de la dette, soit trois fois plus que son budget consacré à l’éducation et neuf fois plus que son budget de la santé.« Je veux dépenser tout cela pour la santé, mais comment est-ce possible lorsque, pour seulement 1,5 milliard de dollars, on me traite de tous les noms, on me poursuit, (...) parce que [les créanciers] croient qu’ils doivent obtenir leur argent à tout prix », a expliqué Obasanjo. Il a demandé comment il pourrait donner aux Nigérians les « dividendes de la démocratie », s’il ne pouvait pas leur donner « l’eau potable (...) paver leurs routes (...) leur donner un toit (...) ni même prévenir ou guérir la malaria, qui est une maladie mortelle ? »

En réponse aux rumeurs selon lesquelles le G-8 ne ferait rien sur la question de la dette, Obasanjo a déclaré qu’il en serait déçu. Il a ajouté que « la question de la dette n’est plus une question économique, c’est une question morale et politique (...) C’est la question de savoir si nous avons la volonté politique, l’aptitude morale à faire ce qui devrait l’être ». Confirmant les pires craintes du dirigeant africain, le G-8 a totalement ignoré la question de la dette dans son communiqué final.

Contactez-nous !

Don rapide