Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le président ukrainien : l’énergie nucléaire doit être au service de l’humanité !

La rédaction
visites
555

20 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a déclaré lors de la conférence pour Tchernobyl le 18 avril à Kiev, dans son discours à l’attention de plusieurs journaux européens, que l’Ukraine allait continuer à utiliser l’énergie nucléaire. Il a fait part de sa conviction fondamentale qu’il est possible de développer la technologie nucléaire de telle sorte qu’elle soit sûre vis-à-vis des hommes, et a déclaré que l’humanité ne pouvait pas y renoncer.

Dans une tribune publiée par Le Figaro , Ianoukovitch écrit : « Après avoir survécu à la tragédie de Tchernobyl et retenu ses tristes leçons, nous ne perdons pas la foi dans le développement de l’énergie nucléaire. (...) Après l’accident, l’Ukraine a mis en œuvre de très sévères normes de sécurité pour les centrales nucléaires. Chaque réacteur est censé résister aux séismes de magnitude 8 et aux chutes d’avion. Les systèmes automatisés de gestion très modernes réduisent au minimum l’influence du soi-disant « facteur humain » (...) En un quart de siècle depuis la catastrophe, nous n’avons connu de graves défaillances dans le fonctionnement d’aucune des quatre centrales nucléaires ukrainiennes qui produisent près de 50% de l’énergie du pays. »

« Il ne faut pas oublier que la tragédie de Tchernobyl a été provoquée par une expérience scientifique irresponsable, violant les règles d’exploitation. L’accident de Fukushima-1, quant à lui, n’est pas du tout lié au processus technologique de la centrale, mais il est une conséquence du risque injustifié de construction d’un site nucléaire dans une zone sismique. »

Il a enfin souligné le point le plus important : « En tant que président du pays qui a subit la pire catastrophe nucléaire, j’appelle tous les pays au dialogue. Il est grand temps d’unir nos efforts. Nous avons un seul monde dans lequel nous devons trouver une combinaison harmonieuse du progrès technologique et des garanties de sécurité. La civilisation ne pourra pas s’en passer. Je suis persuadé que nous sommes en mesure de faire en sorte que la flamme nucléaire réchauffe mais ne brûle pas. »

C’est exactement la vision prométhéenne dont l’humanité a besoin aujourd’hui.


A lire :


Contactez-nous !