Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le programme nucléaire d’Afrique du Sud

La rédaction
visites
2030
commentaire

L’année prochaine démarrera en République d’Afrique du Sud la construction du premier réacteur modulaire à lit de boulets (PBMR), une source d’énergie nucléaire révolutionnaire que le ministre sud-africain des Entreprises publiques Alex Erwin a qualifiée, dans une interview à l’EIR, de « technologie nucléaire parfaite pour l’Afrique et les pays en voie de développement ». La construction du premier réacteur pilote, qui devrait être achevée d’ici 2011, sera suivie de la production en masse de modules standardisés pour l’usage domestique et l’exportation. Le réacteur modulaire est basé sur la technologie allemande de réacteur à haute température (RHT), chère à Lyndon LaRouche, et qui devrait devenir, dans son optique, le moteur énergétique de la reconstruction et de la croissance économiques mondiales. Doté d’une « sûreté inhérente » de 100 %, il offre la capacité de produire, outre de l’électricité à bas coût, de la chaleur à haute température pour la production de combustibles à base d’hydrogène et d’autres procédés industriels.

Le 30 janvier, l’Association britannique de l’Industrie nucléaire a organisé une conférence internationale à Londres entièrement consacrée au PBMR, à laquelle assistaient quelque deux cents industriels, experts nucléaires et représentants politiques venant de nombreux pays, dont l’Afrique du Sud, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Japon, la France, l’Allemagne, l’Espagne et la Suisse.

Après que le gouvernement ouest-allemand ait pris la décision malavisée de mettre fin aux travaux pionniers sur le RHT en 1990, le PBMR a été adopté comme Projet stratégique national par le gouvernement sud-africain et la compagnie d’électricité d’Etat, ESKOM. En 1994, le gouvernement renonça volontairement à son programme nucléaire à but militaire pour investir toutes ses ressources et sa force de travail dans le projet PBMR. En dehors du rôle majeur joué par l’industrie sud-africaine dans ce domaine, certaines industries de renommée mondiale, comme la Mitsubishi Heavy Machinery, fournissent des composants importants du réacteur. L’Afrique du Sud espère ainsi devenir un grand exportateur de cette technologie d’énergie nucléaire.

Contactez-nous !

Don rapide