Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le rapport Angelides créé des remous jusqu’en Allemagne !

La rédaction
visites
1053

1er mars 2011 (Nouvelle Solidarité) — Dans une conférence à l’université de Francfort le 24 février, Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, a eu le mérite de devenir le premier membre d’un gouvernement du G 20 à approuver les conclusions de l’explosif rapport de la Commission d’enquête américaine sur la crise financière (FCIC). Ses propos sont d’autant plus importants qu’il les a tenus devant des pontes du monde financier, dont Axel Weber, le gouverneur sortant de la Bundesbank.

Pour Schäuble, la crise financière doit être attribuée à la convergence de trois facteurs principaux : excès de liquidités, dérégulation et mauvaise gestion. Il précisa qu’il ne partageait pas le point de vue de la minorité républicaine de la Commission, qui avait critiqué les conclusions du rapport pour avoir minimisé le problème des liquidités, alors que pour lui, il faut incriminer la combinaison entre « excès de liquidités et manque de régulation ». En outre, il appela à ramener sous contrôle « le système bancaire de l’ombre » (terme utilisé dans le rapport Angelides).

Même si, lors d’un entretien avec un correspondant d’EIR en marge de la conférence, Schäuble n’a pas voulu remettre en cause le système de l’euro ni soutenir une restructuration bancaire dans l’esprit de Glass-Steagall, ses propos montrent néanmoins que certains, au sein du ministère allemand des Finances, se sont penchés sur le rapport Angelides.

L’ancien ministre allemand des Finances Hans Eichel a également reconnu, alors qu’il répondait à des militants de notre parti frère Büso, lors d’un meeting électoral du SPD le 21 février, la pertinence de l’analyse de la FCIC, qualifiant de « méritoire » le travail de la Commission Angelides. Il s’est aussi dit favorable à une séparation bancaire suivant le principe de Glass-Steagall, bien qu’il ne voit pas comment la réaliser. Quant à la création d’une commission d’enquête en Allemagne, Eichel en a soutenu l’idée, trahissant aussitôt ses propres illusions en ajoutant que « dans les banques allemandes, on ne trouvera pas beaucoup de criminalité, en tout cas je l’espère ».


A lire :


Contactez-nous !