Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Le retour du « très sulfureux » Jacques Cheminade

La rédaction
visites
918
commentaire

Jacques Cheminade n’a jamais réellement quitté la scène politique française, mais le dynamisme du mouvement des jeunes LaRouche/Cheminade dans la campagne du « non » au Traité constitutionnel européen inquiète les gardiens du temple de l’ordre monétaire ultra-libéral actuel. Ainsi, dans une brève consacrée par Le Parisien du 18 mai 2005 à l’intervention de Laurent Fabius devant l’Académie du gaullisme, on peut lire cette chose étonnante : « Laurent Fabius, qui était, l’autre soir, devant l’Académie du gaullisme, une association appelant, comme lui, à voter non, a estimé que le général de Gaulle n’apprenait "ni a la droite ni à la gauche". Ceux qui ont voulu le récupérer sont aussi ceux qui l’ont trahi, c’est la vie, a-t-il affirmé, sous les applaudissements. Et ceux qui se réclament le plus de lui aujourd’hui ne sont pas ceux, à mon avis, qui le représentant le mieux. Dans l’assistance, le très sulfureux Jacques Cheminade, ex-candidat à la présidentielle ». Subliminal...

Autre champion de la défense des intérêts financiers anglo-américains, Le Monde de Jean-Marie Colombani, n’a pas pu non plus s’empêcher de réagir à la forte présence des amis de Cheminade dans la campagne. Le 20 mai au soir : « André Gerin (PCF) invite Jacques Cheminade. Le député du Rhône a invité Jacques Cheminade, président du mouvement de droite extrême Solidarité et Progrès, à une exposition sur la Constitution dans sa mairie de Vénissieux. La direction du Parti communiste se dit "atterrée" mais assure "qu’elle n’a pu l’empêcher" » !  Aux efforts fantastiques déployés pour maintenir le couvercle sur Jacques Cheminade, on serait tenté de comprendre deux choses : 1) qu’il offre une perspective audacieuse de développement économique et de justice sociale à l’Eurasie, contre l’ordre néo-libéral, et 2) qu’il constitue un pont avec les forces qui se battent contre les néo-conservateurs aux Etats-Unis.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 20 octobre le monde
en devenir

Don rapide