Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le scandale BAE expose la stratégie britannique de Cheney-Bandar pour déstabiliser l’Asie du Sud Ouest

La rédaction
visites
2332
commentaire

La campagne du LaRouche PAC pour exposer le « scandale du siècle » de la BAE a commencé à s’infuser, comme le montre la révélation du New York Times du 27 juillet selon laquelle le

28 juillet (LPAC) - La campagne du LaRouche PAC pour exposer le « scandale du siècle » de la BAE a commencé à s’infuser, comme le montre la révélation du New York Times du 27 juillet selon laquelle le gouvernement Bush se mettrait en colère contre les séoudiens, à cause de leur financement de l’insurréction en Irak qui tue les troupes des U.S.A. et de leurs alliés. Comme nous l’avons relaté depuis novembre 2006, à la suite de« l’infâme voyage à Riyad » du vice président Dick Cheney, ce dernier et le Prince Bandar bin Sultan - destinataire présumé de la BAE et de l’Empire Britannique dans les paiements en caisses noires illégales - définirent un accord pour financer les gangs terroristes sunnites en Irak, au Liban et dans d’autres parties du Moyen-Orient pour combattre les milices chiites. Non seulement le New York Times a exposé le financement séoudien des insurgents en Irak, mais le 26 juillet le Wall Street Journal publia à sa une un reportage intitulé, « Le financement de la terreur : les U.S.A. sont sur la piste d’une banque séoudienne appréciée par les extremistes ; les dossiers du renseignement montrent que les officiels se sont demandés que faire face à Al Rajhi ».

Dans l’article du 26 juillet qui étaye sur la banque Al Rajhi, le Wall Street Journal dit, « le gouvernement séoudien n’a pas fait montre d’une volonté de s’attaquer à l’infrastructure financière essentielle au terrorisme ». Selon une source bien informée du renseignement américain, cet article fait parti d’un effort coordonné visant à exposer les opérations secrètes de Cheney et Bandar, notamment l’attaque de l’Iran prévue par Cheney, dont LaRouche avertit qu’elle pourrait avoir lieu en août.

Alors que ni le New York Times ni le Wall Street Journal ne mentionnent l’enquête actuellement menée par le Département de la Justice sur les liens d’argent sale entre Bandar et la BAE, des sources du renseignement ont dit à l’EIR que les allégations contenues dans les deux journaux sont reliées au « scandale du siècle » de la BAE. Nous veillons à faire remarquer que ce sont les réseaux proches du Prince Bandar et ses opérations avec Cheney qui sont soupçonnés de financer le terrorisme - et que d’autres soi-disant « exposés » de la famille royale séoudienne qui ne font pas mention de ce lien confirmé entre Bandar et Cheney, devraient être remis en doute.

Deux développements survenus cette dernière journée montrent combien la Maison Blanche est destabilisée par les exposés de ces liens séoudiens à la terreur, et au scandale de la BAE. Le vendredi 27 juillet, le gouvernement Bush s’est empressé de proclamer son soutien à l’Arabie Séoudite, au travers de la Secrétaire Déléguée à la Presse de la Maison Blanche, Dana Perino, qui dit alors, « Nous avons de très fortes relations sur les mesures de contre-terrorisme. Nous avons très étroitement travaillé avec l’Arabie Séoudite ». Ceci était en réponse au rapport du New York Times au sujet du rôle séoudien dans la déstabilisation de l’Irak. Ensuite, le samedi, juste après que le nouveau premier ministre britannique Gordon Brown ne ferme « la tirelire » du gouvernement pour la BAE, connue sous le nom d’Organisation des Services d’Export de la Défense (DESO), le président Bush annonçait un contrat d’armement de 20 milliards de dollars pour fournir le gouvernement séoudien et d’autres pays du Golfe Persique munis de systèmes d’armes sophistiqués. D’après un certain nombre d’informations, le contrat vaut le double de l’estimation qui avait été projettée au printemps 2006 par la Maison Blanche.

Contactez-nous !

Don rapide