Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le site du Réseau Voltaire est de retour !

Les voix de la France libre bâillonnées
La rédaction
visites
2537
commentaire

Paris, le 23 août (Nouvelle Solidarité)—Inaccessible depuis plusieurs mois, suite à des difficultés techniques et a un sabotage politique, le site du Réseau Voltaire est à nouveau disponible. A la une un article sur le rôle de la secte chinoise pro-américaine, Falun Gong, dans la déstabilisation du Tibet, et l’appel suivant pour le retrait des troupes françaises d’Afghanistan.

La France doit retirer ses troupes d’Afghanistan

{{}}

par Réseau Voltaire

jeudi 21 août 2008

Les obsèques nationales, présidées par M.Sarkozy, des parachutistes français morts en Afghanistan ne sauraient valoir approbation de la mission qu’il leur a confiée. Il est nécessaire de s’interroger sur les raisons de cette guerre et sur sa légitimité. Il est nécessaire de sortir d’un engagement auquel le président de la République n’aurait pas dû souscrire, seul, au nom de la France.

Dix soldats français sont tombés au champ d’honneur, le 18 août en Afghanistan. Cette nouvelle glace le sang, car nous, Français, sommes tous responsables de leur mort. Ils avaient accepté de prendre le risque ultime lorsque, en notre nom collectif, le président de la République les avaient envoyés en mission. Ils pensaient nous défendre face à un danger, certes lointain, mais bien réel. Ils pensaient servir notre patrie.

Or, nous savons tous qu’il n’en est rien. Nicolas Sarkozy lui-même admettait lors de sa campagne électorale que la présence française en Afghanistan n’était pas essentielle pour nos intérêts. Pourtant, une fois élu, il a pris la décision, contre l’avis de l’état-major interarmes et contre celui de la majorité des Français, d’envoyer 700 hommes supplémentaires sur ce front. C’est une lourde responsabilité.

Aucune analyse nouvelle ne motive ce revirement. Le président Sarkozy a toutefois considéré que s’il n’y a aucun intérêt vital pour la France à combattre en Afghanistan, il y en a un à développer l’OTAN. C’est pour faire vivre l’Alliance que nos concitoyens sont morts.

Suite de l’appel...

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !

Don rapide