Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le sommet du G20 se tiendra dans un Etat en faillite

La rédaction
visites
2276

16 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – L’Etat américain de Pennsylvanie, qui accueillera les 24 et 25 septembre prochains le sommet du G20 consacré à la reprise, fonctionne sans budget depuis 77 jours puisque aucun accord n’a pu être trouvé sur les choix de coupes budgétaires. En effet, comme 48 des 50 Etats américains, la Pennsylvanie doit faire face à un déficit budgétaire grandissant dû à l’effondrement économique qui ruine ses revenus fiscaux.

Concrètement, les fonctionnaires sont payés au coup par coup, les services publics sont sur la sellette, plusieurs centaines de millions de dollars pourraient être supprimés dans les dépenses d’éducation et de santé, et les bibliothèques et les parcs pourraient fermer dès le mois d’octobre. Et ce n’est pas l’Etat fédéral qui y changera quoi que ce soit puisqu’il a consacré aveuglément toutes ses ressources au sauvetage des banques d’affaires.

Pour ceux qui pensaient que l’on pourrait combler le trou sans fond de la crise financière à l’aide de la pompe à dollars et s’en sortir sans jamais avoir à en affronter les conséquences économiques et sociales, l’illusion pourrait bien s’arrêter à Pittsburgh en Pennsylvanie.

Mais il n’y aura pas de salut sans reconnaître la faillite de l’ensemble du système financier et la nécessité de sa mise en banqueroute organisée par les Etats. Cette idée n’est peut-être pas très populaire à la City, Wall Street ou au FMI, mais il y a comme un consensus chez l’homme de la rue qui ne voit pas pourquoi on devrait continuer à vivre avec un parasite financier sur le dos.

Contactez-nous !