Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le suicide politique d’Obama

La rédaction
visites
2034

3 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – La soumission de Barack Obama aux puissances d’argent, au moment où le peuple subit de plein fouet la crise et plaçait donc en lui tous ses espoirs, le conduit inéluctablement vers une mort politique prématurée. Son caractère narcissique fini de l’achever.

En quelques jours, Barack Obama vient de se griller auprès de l’électorat de droite comme de gauche. Lundi, lors du Memorial Day, le Président a rompu avec la traditionnelle cérémonie sur le tombeau du soldat inconnu au cimetière d’Arlington, ne manquant pas de se mettre un peu plus à dos la population conservatrice et la communauté militaire. « Vraisemblablement, Dieu n’a pas apprécié », note le New York Magazine , puisque le ciel est passé du grand bleu au noir, puis à la pluie et enfin au tonnerre lorsque Obama est arrivé pour donner son allocution à Elwood dans l’Illinois. Se repliant sur les bus dans lesquels la foule avait trouvé refuge, Obama y fut accueilli par quelques « Obama démission » !

D’autre part, Obama est vivement décrié par la gauche écologiste pour sa gestion catastrophique de la marée noire dans le golfe du Mexique. En effet, la Maison Blanche n’a pris aucune mesure contre British Petroleum et lui a abandonné la responsabilité d’enrayer la fuite de pétrole avec les résultats désastreux que l’on sait.

Désavoué dans les urnes depuis l’automne – New Jersey, Virginie, Massachusetts et maintenant dans les primaires démocrates – Obama voit les candidats qu’il soutient se faire battre à plate couture. Si bien qu’hier lors de son déplacement en Pennsylvanie, le Président a été boudé par les élus démocrates au Congrès. Seul le sénateur Arlen Specter (déjà battu dans les primaires démocrates et qui n’a donc plus rien à perdre) a daigné s’afficher à ses côtés. Les autres démocrates – le sénateur Casey et les députés Sestak, Murphy, Doyle, Critz, Altmire et Kanjorski – avaient autre chose à faire bien qu’ils aient apparemment été invités. La semaine dernière à San Francisco, la venue de Barack Obama pour soutenir la sénatrice Barbara Boxer avait été accueillie par quelque 500 manifestants de droite comme de gauche demandant la destitution du président, contre seulement une poignée d’ « obamaniaques ».

Il est vrai que pendant que la Maison Blanche passe son temps à expliquer que la crise est finie et que la reprise est là, six Etats de l’Union, dont la Californie et New York, ne parviennent plus a régler leur facture malgré les coupes budgétaires drastiques entreprises depuis un an. En Pennsylvanie même, qu’Obama annonçait être l’eldorado de la nouvelle « nouvelle économie » verte, 7 villes sont en défaut de paiement sur les instruments de leur dette, dont la capitale Harrisburg qui est sur le point de se déclarer en faillite.

La dynamique est inarrêtable : le peuple américain est en colère et Obama hors de contrôle. Alors quelle alternative à la chute ?

http://www.larouchepac.com/credit


Lire aussi :


Contactez-nous !