Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le système financier au bord du gouffre à trois reprises

La rédaction
visites
683

Il est pour le moins remarquable que, malgré les proclamations sur la fin de la « correction des marchés », la finance mondiale se soit trouvée par trois fois au cours des quatre dernières semaines - le 22 septembre, le 13 et le 18 octobre - au bord d’une crise systémique qui n’a été évitée que grâce à l’« équipe de protection contre les plongeons »

C’est ainsi qu’elle est intervenue le 18 octobre lorsque le Dow avait perdu 435 points en l’espace de quelques minutes, chutant en-dessous des 10 000 points, et que le Nasdaq menaçait de passer sous la barre des 3000 points, soit une baisse de 6 % au cours de la journée. Les actions d’IBM à elles seules étaient tombées de 20 %. Le « rebond miraculeux », en une heure de transactions le même jour, est dû à l’intervention de la Fed, qui a injecté quelque 3,4 milliards de dollars de liquidités au moyen d’opérations de rachat. La même opération a eu lieu dans la nuit du 18 au 19 octobre, à hauteur de quatre milliards de dollars. Mais ces chiffres ne représentent que le sommet d’un iceberg cachant des interventions bien plus vastes. A l’incitation de la Fed, des sociétés de Wall Street ont aussi acheté des produits dérivés sur indices pour enrayer la chute.

En l’espace de quelques minutes, les marchés grimpèrent de 11 % et l’euro plongea à 0,83 dollar. Un déficit commercial américain, curieusement inférieur de trois milliards de dollars à celui du mois précédent, a calmé la nervosité envers un dollar surévalué, créant un environnement plus propice aux hausses boursières.

Ces dernières manipulations de la Fed ont peut-être arrêté l’effondrement pour quelques jours encore, mais il reste qu’on fait de plus en plus fréquemment appel à ces interventions d’urgence. Ceci est un signal pour les professionnels des marchés, qu’un effondrement systémique bien plus sérieux ne pourra pas être contenu la prochaine fois, quels que soient les efforts de l’« équipe de protection contre les plongeons ». Ce qu’écrivait ING Barings Bank dans sa lettre financière quotidienne du 17 octobre, reste donc valable : « Ayez peur. Ayez très peur. L’investisseur semble nerveux, comme une bête traquée, sursautant de peur devant des ombres. »

Contactez-nous !