Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le traité de Lisbonne bloqué au parlement polonais !

La rédaction
visites
1580
commentaire

12 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) – Bruxelles a été ébranlé hier par un revirement inattendu à Varsovie. Jaroslaw Kaczynski, dirigeant du parti de l’opposition PiS au parlement polonais, a annoncé que lui et son parti ne ratifieraient pas le traité de Lisbonne, parce qu’il « ne peut-être accepté, tant qu’il est interprété d’une manière qui menace la souveraineté de certains Etats. » Quant à la Pologne, elle ne rendra jamais sa souveraineté, a-t-il dit, appelant à une renégociation de la ratification, pour au moins y ajouter un préambule établissant la primauté de la Constitution polonaise sur le traité de Lisbonne. Le texte doit dire que « la République polonaise reste et restera un Etat souverain », a t-il dit.

Cette annonce aussi soudaine qu’inattendue, en a stupéfié plus d’un, car c’est le (ex-) gouvernement de Kaczynski qui avait négocié les concessions qui ont rendu le Traité « acceptable » pour la Pologne au sommet Européen de Lisbonne en décembre dernier. L’actuel Premier ministre Donald Tusk s’est dit « dupé », parce qu’il n’a fait que signer ce que Kaczynski, son prédécesseur, avait négocié, et que ce dernier raconte maintenant à tout le monde que ce qu’il a négocié n’était pas bon pour la Pologne. D’ailleurs, le parti de Kaczynski, le PiS a approuvé la loi de ratification débattue au parlement 10 jours plus tôt, et l’a passée avec une écrasante majorité.

Parlant pour la majorité gouvernementale, le Président du parlement Bronislaw Koromowski a exclu tout changement dans le texte du Traité, tout en se moquant de Kaczynski : « s’il n’aime plus le traité, il devrait aller voir son frère et lui dire de ne pas le signer », ce qui fait référence à son frère Lech Kaczynski, qui est toujours le Président de la Pologne, et dont beaucoup suspectent déjà qu’il ne signera finalement pas le Traité, même s’il est ratifié par le parlement. Pour le moment, la ratification est bloquée puisqu’il n’y a plus la majorité requise des 2/3 pour le vote parlementaire.

Suivre la campagne "Non au Coup d’Etat de Lisbonne"

Contactez-nous !

Don rapide