Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Le traité de Lisbonne pourrait être stoppé en Allemagne

La rédaction
visites
1506

13 mars 2008 (Nouvelle Solidarité) - En Allemagne, le débat parlementaire sur le traité de Lisbonne a commencé hier et déjà la ratification a pris du plomb dans l’aile. Le Linkspartei (Parti de la Gauche), seul groupe parlementaire à s’opposer au traité, à cause notamment de la militarisation sans précédent de l’Europe et des déploiements hors zone, a annoncé qu’aussitôt le traité ratifié au Bundestag le 25 avril, il déposera un recours à la cour constitutionnelle, ce que le député de la CSU (Union sociale Chrétienne) Peter Gauweiler s’est également engagé à faire.

Le journal European Forum d’hier écrit qu’un tel « recours juridique lancé par le troisième parti d’Allemagne contre le traité pourrait bloquer la ratification, provocant la peur que le plus grand pays membre puisse ne pas signer le traité à temps pour qu’il puisse entrer en vigueur, comme prévu, le 1er janvier 2009 ». L’article explique, en citant le dirigeant de l’Independence Party britannique, Nigel Farage, qu’ « il n’est pas exagéré de dire que ceci peut stopper net le traité ».

Citant aussi une source diplomatique, European Forum souligne l’embarra dans lequel se trouve le président allemand Horst Koelher « Il serait très embarrassant pour le Président de signer et d’approuver le texte comme légal pour voir ensuite les juges de la plus haute autorité judiciaire, la cour constitutionnelle, dire l’inverse ».

Suivre la campagne "Non au Coup d’Etat de Lisbonne"
_

Contactez-nous !