Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Lehman Brothers et le paradoxe systémique

La rédaction
visites
1884

12 septembre 2008 (Nouvelle Solidarité) — La quatrième banque d’affaires de Wall Street s’est effondrée hier en bourse, perdant 41.79%. La banque, qui gère 600 milliards de dollars d’encours et compte plusieurs dizaines de milliers de clients, ne vaut désormais plus que 3 milliards de dollars.

Ce n’est pas cher. Le problème c’est que personne n’en veut !

Aujourd’hui, la Fed et le Trésor américain prennent les choses en main et comptent boucler le sauvetage de la banque avant lundi matin. Pourtant, l’Etat américain, après les 30 milliards pour le sauvetage de Bear Stearns et la ligne de crédits illimitée pour la mise sous tutelle de Freddie Mac et Fannie Mae, ne peut pas continuer à sauver d’une façon si flagrante les spéculateurs. Comme le souligne François Vidal dans Les Echos, chaque sauvetage de ce genre, en cas de pépin majeur, est « susceptible d’engendrer dès aujourd’hui les ferments de la prochaine crise financière ».

En vérité, la faillite de Lehman Brothers, tout comme celle de Freddie et Fannie le week-end dernier, menace l’économie mondiale d’une crise systémique.

Coincé entre le marteau et l’enclume, l’Etat américain cherche désespérément des acheteurs en vue d’une éventuelle fusion-acquisition. Après tout, c’est bien la spécialité de Felix Rohatyn qui est un dirigeant de la banque. Des rumeurs circulent sur Barclays, Bank of America, le japonais Nomura, Deutsche Bank et même la BNP ! Seul Goldman Sachs a poliment refusé…

Voilà un paradoxe délicieux pour ceux qui croient, en vain, qu’il suffit de rendre disponible des liquidités illimitées pour que le système survive. Car, au dire des analystes,Lehman Brothers ne manque pas de liquidités ayant accès, depuis début mars, au guichet spécial de la Fed en cas d’urgence…

Pour creuser le sujet : focus

Contactez-nous !