Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Docteur Folamour appellent à une attaque nucléaire contre l’Iran

La rédaction
visites
777

Dans une déclaration publiée le 27 juillet, Lyndon LaRouche mettait en garde contre les plans de Dick Cheney prévoyant une attaque nucléaire contre l’Iran en cas d’attentat terroriste contre les Etats-Unis. Cette mise en garde a été répercutée par de nombreux médias à travers le monde. Entre-temps, certains extrémistes néo-conservateurs, dont le général Paul Vallely et un collaborateur de la Heritage Foundation, Halle Dale, se sont prononcés ouvertement en faveur d’une telle action.

Dans un article intitulé « Dissuader Téhéran » paru dans le Washington Times du 17 août, Helle Dale, directeur de l’Allison Center for Foreign Policy Studies, dénonçait comme un « acte de défi » la décision iranienne de reprendre le retraitement de l’uranium à Ispahan, qui ne serait qu’une étape de plus vers la mise au point d’une « arme nucléaire ». Il propose des contre-mesures en deux temps : d’abord « la suspension des investissements et des prêts garantis par l’UE », puis « la menace d’une action militaire internationale dirigée par les Etats-Unis. Ceci comprendrait le déploiement d’armes nucléaires robustes, capables de pénétrer en profondeur la terre, pour faire s’effondrer des tunnels ».

Le 15 août, au cours d’une interview avec Bill Jones, de l’EIR, le général Vallely, chef de la Commission militaire du Center for Security Policy (président : Frank Gaffney) et membre de l’Iran Policy Committee, a confirmé son soutien à l’utilisation d’armes nucléaires contre l’Iran. A la question de savoir s’il recommanderait un blocus naval du détroit d’Ormuz, il répondit : « Oui, le détroit d’Ormuz est le point absolument critique pour tout ce qui entre en Iran ou en sort par voie maritime ; le pétrole, les importations, tout passe par là. Et ce serait l’option la plus faisable si nous décidions d’attaquer. On pourrait en fait permettre à tous les navires d’y entrer ou d’en sortir, sauf les bateaux iraniens. Cela provoquerait, bien évidemment, une réaction. L’autre incertitude, bien sûr, est de savoir si les Iraniens qui veulent le départ des mollahs seraient prêts à soutenir n’importe quelle force qui se présenterait tendant à soutenir cette initiative, sans faire de difficultés. Mais quelqu’un doit s’occuper de cette question iranienne. (...) »

Bill Jones demanda aussi à Vallely de parler « des options concernant l’Iran ; vous dites que les Israéliens ont choisi des sites d’attaque en Iran, et certains disent que les Etats-Unis en ont choisi également. » Sa réponse : « Oui, c’est chose faite, il y a quatre-vingt-une cibles déjà décidées. Même si des installations profondément enterrées peuvent être difficiles à atteindre, l’important serait l’impact psychologique de larguer contre ses sites quelques JDAM », soit des Joint Direct Attack Munitions - des armes de précision à forte puissance explosive pouvant être déployées depuis des bombardiers de jour comme de nuit, quelles que soient les conditions météorologiques. La stratégie de dissuasion contre l’Islam prônée par le général Vallely ressemble à « ce que nous avions pendant la Guerre froide, où nous disions aux Russes : si vous lancez une seule arme, nous détruirons dix de vos villes. D’une manière ou d’une autre, nous devrons dire à l’Islam extrémiste que s’il y a la moindre indication d’une seule arme nucléaire pointée contre les Etats-Unis, la Mecque et Médine seront réduites en cendres. Il n’y aura plus jamais de hadj. Et ils doivent avoir fait au moins un hadj au cours de leur vie, ajouta-t-il en ricanant. Non pas qu’on le fera, mais il faut susciter chez eux une sainte terreur. C’est tout ce qu’ils peuvent comprendre. »

Contactez-nous !