Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Etats-Unis contre Cheney : le train de la destitution est en marche

La rédaction
visites
953

Avec les révélations sur le scandale de la BAE, Lyndon LaRouche a mis en lumière le rôle clé de Dick Cheney dans cette affaire. Depuis son intervention publique à Washington lors de son Webcast du 21 juin, les muets retrouvent la parole

1 juillet 2007 (LPAC) - Avec les révélations sur le scandale de la BAE, Lyndon LaRouche a mis en lumière le rôle clé de Dick Cheney dans cette affaire. Depuis son intervention publique à Washington lors de son Webcast du 21 juin, les muets retrouvent la parole. Le week-end dernier, le Washington Post a fini par publier son dossier à charge contre Cheney et depuis le vice-président est lynché dans les journaux.

- « La nation a besoin d’une intervention pour virer Cheney ». C’est le titre d’un éditorial écrit par Roscoe Born, un correspondant du Wall Street Journal, dans le Baltimore Sun. Born reprend le dossier publié par le Washington Post la semaine dernière en affirmant qu’avec cet « extrémisme de Cheney, son mépris de la loi et de la démocratie constitutionnelle et sa soif d’agression, la nation ne peut plus prendre le risque qu’il devienne président (le vice président remplaçant le président en cas d’indisponibilité - ndt). »

- Dans le Des Moines Register, le grand journal républicain du centre des Etats-Unis, Richard Doak s’en prend violemment à Cheney en précisant qu’il fallait le destituer lui et non pas Bush. « Cheney a été au moins profondément impliqué, s’il n’en a pas été l’architecte, dans la plupart des activités de l’administration passible de destitution. Il est le défenseur attitré de la théorie de « l’exécutif unitaire » qui prétend justifier un pouvoir présidentiel illimité (...) Imaginez le précédent que nous laisserions s’installer si « l’exécutif unitaire » de Cheney restait sans contestation : écoutes, tortures sous l’euphémisme d’interrogatoire poussé, tout président serait autorisé à choisir les lois qu’il respecte et celles qu’il ignore. »

- Le New York Times s’est joint à la fête lancée par le Washington Post, avec son éditorial du dimanche qui dénonce l’utilisation du « privilège exécutif » par la Maison Blanche pour tenir à l’abri de la justice les éléments sur les écoutes illégales. « Le privilège exécutif ne peut pas être utilisé pour couvrir les actes et les politiques violant littéralement la loi ».
Une tribune libre publiée dans la même édition révèle que le 25 mars 2003, quelques jours après l’invasion de l’Irak, le pouvoir du président sur les documents classifiés a été amendé pour donner ce même pouvoir au vice président. L’auteur Frank Rich, rappelle qu’ensuite ces pouvoirs ont permis à Dick Cheney de mener ses opérations pour punir les opposants à la guerre, comme dans le cas Valerie Plame qui a valu au chef de Cabinet de Cheney 30 mois de prison ferme.

Le départ de Cheney ne pourrait être qu’une question de semaines si comme le prédisent de nombreux observateurs, Cheney est forcé de s’en aller, par un acte de pression des républicains sur Georges Bush.

Contactez-nous !