Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Etats-Unis refusent les accords AIEA-Iran sur la surveillance du programme nucléaire

La rédaction
visites
1347

25 août 2007 (LPAC) - Le 22 août, l’Agence internationale à l’énergie atomique (AIEA) et l’Iran ont réalisé une percée diplomatique, mettant en place un cadre de dialogue sur la question du nucléaire iranien. Mais les Etats-Unis ont rejeté l’accord. Comme l’ont dit le LPAC et Lyndon LaRouche depuis des mois, il est impossible de normaliser les relations américaines avec l’Iran (et donc de neutraliser le danger de guerre) tant que Dick Cheney reste Vice-Président et contrôle l’administration Bush.

Après deux jours de discussions à Téhéran, le directeur-adjoint de l’AIEA Olli Heinonen et le secrétaire adjoint du Conseil supérieur de la sécurité nationale, Javad Vaïdi, ont annoncé qu’ils ont bien progressé dans les négociations. Vaïdi a affirmé aujourd’hui à l’Islamic Republic News Agency (IRNA) qu’ils avaient réussi à “finaliser un accord préparé auparavant par le secrétaire du Conseil supérieur de la sécurité nationale de l’Iran, Ali Larijani, le directeur de l’AIEA, Mohamed El Baradei, et le représentant de la politique étrangère européenne, Javier Solana”.

Heinonen s’est référé aux discussions avec Vaïdi comme ayant été “bonnes et productives”, notant : “nous avons pu dresser un calendrier, et avons discuté sur comment l’appliquer.” Il a ajouté que les détails précis de ces accords seront révélés dans le rapport qu’El Baradei publiera en septembre.

La réponse américaine ne s’est pas fait attendre, venant de la bouche de l’ambassadeur des Etats-Unis à l’AIEA à Vienne. Il a critiqué ces accords les disant “limités”, et a accusé l’Iran de manipuler les inspecteurs de l’AIEA. L’ambassadeur s’est aussi plaint du fait que les Iraniens n’ont toujours pas honoré certains accords, et il a demandé des sanctions plus fortes de la part du Conseil de sécurité de l’ONU. Ces mots de l’ambassadeur ne peuvent en eux-mêmes dicter la politique de l’ONU. Mais d’après l’Executive Intelligence Review (EIR), certaines sources des milieux de renseignements basées à Washington rapportent que Cheney va faire en sorte que l’administration américaine pousse l’ONU à de fortes sanctions contre l’Iran, malgré l’opposition de la Chine (qui a un droit de veto au Conseil de sécurité) et de l’Union européenne, qui a été impliquée dans les négociations AIEA-Iran.

Le même jour, le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad, en visite en Azerbaïdjan, a réitéré l’engagement national à continuer le programme nucléaire, ajoutant : “Nous pensons que tous les peuples devraient développer les technologies nucléaires avec un but pacifique et au sein même de l’AIEA”.

Brève contenue dans : Les Canons d’Août 2007 : pendant les vacances, Cheney veut attaquer l’Iran

Contactez-nous !