www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Les Etats d’Amérique Latine contre la nouvelle guerre de l’opium britannique

La rédaction
1082 visites

Le 26 juillet 2008 (Nouvelle Solidarité) – La combinaison de la défaite des FARC et de l’acceptation par le président colombien Alvaro Uribe de l’offre faite par le président vénézuélien Hugo Chavez de construire un chemin de fer transandin crée les conditions d’une rupture avec le système de libre-échange britannique dans toute la région. Le développement mutuel tend ainsi à se substituer à un climat de guerre jusqu’à présent entretenu par tous les pêcheurs en eau trouble.

En effet, le Club informel des présidents sud-américains a repris l’initiative, malgré la tentative des forces financières qui lui sont opposées, visant à déstabiliser la politique argentine d’indépendance nationale promue par la présidente Cristina Fernandez Kirchner. En une semaine, des accords de coopération économique se sont esquissés, autour du projet de la Banque du Sud :

  • le 11 juillet, Chavez et Uribe, cartes en mains et loin de leurs conseillers idéologues, ont examiné le potentiel de projets de développement de chemins de fer, de canaux et d’exploitations agricoles dans les « llanos » (plaines intérieures) désenclavés ;
  • le 18 juillet, le président brésilien Lula da Silva, Hugo Chavez et le président bolivien Evo Morales ont annoncé le lancement des investissements correspondant à la construction de l’autoroute bolivienne transocéanique, permettant de relier les ports brésiliens de l’Atlantique avec les ports chiliens du Pacifique ;
  • le 19 juillet, Lula et Uribe ont présenté des projets de coopération à grande échelle entre leurs deux pays, dans les domaines agricole, industriel et ferroviaire. La Colombie a de plus annoncé son intention d’adhérer au Conseil sud-américain de défense organisé par le Brésil ;
  • le 20 juillet, le président péruvien Alan Garcia a célébré le jour de l’indépendance colombienne avec Uribe et Lula, et les trois présidents ont signé un accord de coopération contre le trafic de drogue.

La France aurait un rôle important à jouer dans ces initiatives de paix par le développement mutuel, en apportant son savoir faire et sa compétence dans les domaines nucléaire, ferroviaire, des communications et du traitement des eaux. Il lui reste à retrouver l’esprit du voyage du général de Gaulle en Amérique Latine, en 1964.

Pour creuser le sujet : focus

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet