Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Les Grecs indépendants, un nouveau parti pour sauver la Grèce

La rédaction
visites
2062
commentaires

12 mars 2012 (Nouvelle Solidarité)—Le parlementaire grec, Panos Kammenos, ancien membre du parti Nouvelle Démocratie, a présenté le 11 mars la déclaration fondatrice de son nouveau parti, les « Grecs Indépendants » depuis le lieu symbolique de Distomo, qui fut la scène tragique d’atrocités nazies durant la deuxième guerre mondiale.

« Nous n’avons pas de lien avec les partis de l’époque moderne grecque », a déclaré Kammenos, « nous sommes un mouvement de citoyens qui décide ensemble sur les questions, et les candidats de ce parti devraient être des gens comme vous. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour aider à atteindre ce but, mais je ne suis rien de plus qu’un cofondateur de ce mouvement. Notre combat sera difficile, nous devons nous battre contre des intérêts privés totalement opaques, mais nous n’oublions pas que l’obscurité craint le Soleil et la Grèce ! (…) Le nouvel ordre mondial ne survivra pas en Grèce, parce que nous sommes nombreux, nous sommes indépendants et nous sommes Hellènes », a-t-il ajouté.

Parlant de la catastrophe en cours en Grèce, provoquée par l’austérité draconienne imposée par l’Union européenne, il a déclaré : « Nous promettons de combattre sans relâche et avec tous les moyens que nous avons, afin que le dossier de cette tragédie nationale soit ouvert et jugé. Justice doit être rendue, tous les responsables de la tragédie que le peuple grec traverse et éprouve aujourd’hui doivent être punis, politiquement, judiciairement et socialement » a-t-il insisté, excluant la possibilité que la justice puisse être rendue par des comités d’enquête parlementaires au service des partis en place.

Il a qualifié la pression exercée sur la Grèce par la Troïka UE-BCE-FMI de « chantage grossier » et a souligné que la tragédie grecque n’était pas seulement financière et économique mais aussi politique, car l’on s’oriente rapidement vers la perte totale de souveraineté de la Grèce, une équipe de la Troïka ayant été déployée sur place pour contrôler et user de son véto face aux dépenses décidées par le gouvernement.

Pour voir les solutions de Jacques Cheminade à ces problèmes cliquez ICI

Voir les 7 commentaires

  • Dominique • 19/03/2012 - 04:58

    ¤ Europe : vers un retour au national (souveraineté svp ) !

    http://www.prechi-precha.fr/2011/09/21/europe-vers-un-retour-au-national/

    Répondre à ce message

  • Dominique • 19/03/2012 - 04:51

    WOW, QUE VIVE LA GRÈCE :lol :

    Répondre à ce message

  • Kyriakidis Christiane • 07/04/2012 - 16:27

    BRAVO !!! Messieurs
    Votre nouveau parti va sauver non seule-
    ment le peuple grec mais bien tous les
    peuples d’Europe. Pour en finir de ces
    seigneurs de l’UE, il faut briser le
    marché des finances. Vive la GRECE et
    vive les Héllènes.

    Répondre à ce message

  • Dominique • 19/03/2012 - 05:13

    CECI EXPLIQUE CELÀ, une guerre bien plus qu’économique...... Saboter l’économie, détruire la souveraineté nationale des États croisés est un devoir religieux !?

    http://www.postedeveille.ca/2011/08/saboter-leconomie-des-etats-croises-est-un-devoir-reliw

    Répondre à ce message

  • michel49 • 17/03/2012 - 14:59

    Je crois,en effet, que le moment approche où le glaive de la justice devra s’abattre sur les criminels qui ont poussé les peuples au desespoir, et pas seulement en Grece.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/03/2012 - 20:50

    Bravo !
    Ne pas se laisser féconder par l’histoire,
    mais féconder l’histoire à tout prix.

    Quel bel exemple pour les autres pays d’europe !

    Vive les grecs !

    Répondre à ce message

  • matière invisible • 18/03/2012 - 10:06

    Si l’on part du principe que le Diable reconstitue l’empire romain sous la forme contemporaine de l’Union européenne, on peut s’interroger sur son besoin d’y maintenir absolument la Grèce. Où peut être l’intérêt politique ou économique, de s’arc-bouter ainsi sur un pays qui en valeur représente à peine 2% de l’Union ? Toute la zone euro est ébranlée par la ruine de la Grèce, qui menace de la faire éclater. Pourtant rien ne semble affecter la volonté des dirigeants européens de la maintenir dans la zone. L’explication n’est pas politique ou économique, mais spirituelle dans son symbole. Car la Grèce est le principe civilisateur de toute l’Europe. :->

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 13 décembre le monde
en devenir

Don rapide