Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les HMO tuent des gens, disent les infirmières californiennes

La rédaction
visites
2110

11 septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) – « Le refus d’accès aux soins, prononcé régulièrement par les assureurs privés, est comme l’éléphant dans la pièce dont nul, dans le débat national sur la santé, ne semble vouloir parler. Rien dans les lois, actuellement débattues au Sénat et à la Chambre des représentants, ne remet en cause cette pratique. »

Ces assureurs privés, appelés « HMO (Health management organisations », sont des « panels de la mort », déclare l’Association des infirmières de Californie. Cette association a rendu public les chiffres choquants du nombre de refus d’accès aux soins par les HMOs.

Cette déclaration de Deborah Burger, infirmière, co-présidente de l’Association des infirmières de Californie (CNA), et du Comité national d’organisation des infirmières (NNOC), lance un défi au discours prononcé par Obama le 7 septembre à Cincinnati, où il pérorait : « opposants à la réforme : que proposez-vous comme alternative ? »

Le CNA/NNOC vient de montrer que les HMOs ont refusé, sur les huit dernières années, pas moins d’un cinquième des demandes de prises en charge. Les responsables de l’enquête du CNA/NNOC ont analysé les données fournies par les assureurs auprès du Département de la santé de Californie. De 2002 au 30 juin 2009, six des principaux assureurs installés en Californie ont refusé 47,7 millions de demandes de soins, soit 22% du total des demandes.

Voici le détail : PacifiCare (appartenant au groupe UnitedHealth) a refusé 39,6% des demandes ; Cigna, 32,7% ; HealthNet, 30% ; Kaiser Permanente, 28,3% ; Blue Cross, 27,9% ; et Aetna, 6,4%. Dans de nombreux cas, cela s’est soldé par des décès précoces : par exemple pour Nataline Sarkisyan, 17 ans, habitant Northridge en Californie, à qui Cigna a refusé une transplantation du foie ; également pour Nick Colombo, de la ville de Placentia, à qui a été refusé le traitement de son cancer des os. Cette pratique a permis aux 18 géants de l’assurance de dégager un profit de 15,9 milliards de dollars en 2008 dans le seul Etat de Californie.

Le CNA/NNOC est favorable à l’alternative qu’Obama a précisément retirée de la table : une extension de la couverture de santé de Medicare à tous les Américains.

Quelle est l’option choisie par Obama ? Dès le départ, il a écarté l’idée d’une assurance-santé universelle, et il a déclaré que les assureurs privés continueraient à jouer leur rôle dans sa « réforme ». Il a exigé que soit mise en place une copie conforme du système britannique, avec ses refus d’accès aux soins décidés par un panel de la mort (fameux pour ses initiales : NICE), dans le but de réduire les dépenses de Medicare et Medicaid.

Lyndon Larouche, à la tête de la campagne pour un retrait de la « réforme » d’Obama, propose une alternativetrès simple : bannir les HMOs, abroger la loi de 1973 de Nixon qui a amené leur création, rétablir dans chaque Etat le quota d’accueil hospitalier défini par la loi Hill-Burton, et financer cela par une caisse unique ; en d’autres termes, une assurance Medicare pour tous.

Contactez-nous !