Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

AccueilActualité
Brèves

Les Irlandais sacrifiés pour renflouer la City de Londres

La rédaction
visites
1992
commentaires

Jeudi dernier, les hommes en noir du FMI et de la BCE débarquaient à Dublin pour faire entendre raison au gouvernement irlandais, qui refusait de s’endetter encore plus pour sauver les banques du pays. Trois jours plus tard, les 30 assassins techniques ont pu fêter leur victoire depuis leur luxueux palace gardé par la police anti-émeute dublinoise : en effet, le gouvernement irlandais du Premier ministre Brian Cowen, qui a déjà trahi son peuple en reniant le résultat du référendum sur le Traité de Lisbonne, a capitulé dimanche et accepté un prêt d’urgence de 90 milliards d’euros.

L’Etat irlandais a déjà payé l’an dernier 50 milliards d’euros pour combler les pertes de la banque AIB, succursale du cartel britannique Inter-Alpha, mais qui a malgré tout vu 13 milliards d’euros de dépôts retirés par ses clients depuis janvier. Le gouvernement irlandais va annoncer cette semaine 10 milliards d’euros de coupes dans les dépenses sociales et les services publics pour compenser le coût des renflouements ; l’adoption de ce budget d’austérité conditionnera l’aide de l’UE et du FMI. Pour ces 90 milliards d’ « aides », le Fonds européen de stabilité financière, une entité de droit privé implantée au Luxembourg, empruntera sur les marchés à des taux favorisés (bénéficiant de la garantie AAA de l’Allemagne et de la France) pour prêter ensuite à l’Irlande à taux fort (pour ne pas fausser le marché !). Si l’Irlande avait refusé cet argent, les grandes banques britanniques auraient été entraînées dans la chute. Royal Bank of Scotland, membre elle aussi du cartel bancaire Inter-Alpha, est exposée à hauteur de 67 milliards d’euros, la Llyods 31 milliards et la Barclays 25 milliards.

Comme si le désastre grec n’avait pas suffi, c’est au tour de l’Irlande. Le Portugal, l’Espagne et l’Italie sont menacés à très court terme. Va t-on attendre que ce soit notre tour pour organiser la faillite des spéculateurs ???


VIDEO : Sauver les nations, Mettre en faillite les spéculateurs - Intervention de J.Cheminade


Voir les 3 commentaires

  • petite souris • 22/11/2010 - 22:52

    Bon ! d’abord la Grèce, aujourd’hui l’Irlande, demain le Portugal, l’Espagne puis l’Italie.

    Ensuite la Grande-Bretagne.

    Et alors ?

    Bon ! Il n’y aura plus d’europe ! C’est l’objectif ok !

    Et alors ?

    Lorsqu’il n’y aura plus de pays à détruire, sur qui la City de Londres va régner ?
    ....
    C’est Victor Hugo massacré : "et s’il n’en reste qu’un je serai celui-là"

    Nous sommes dans l’absurdité la plus totale !!!!

    • arcane • 23/11/2010 - 14:10

      Et alors ! et alors ! Zorro va arrivé hé hé !
      pour nous presser , nous sommes dans le triangle millénaire du bourreau, de la victime et du sauveur, le sauveur étant l’ancien bourreau.

      La Mondialisation, l’Empire Mondial, s’il veut exister, doit au préalable détruire les nations afin que les populations soient dans la peur et la panique, le ou les bourreaux vont laisser le chaos s’installer, afin que la population aux abois réclame un sauveur à n’importe quel prix.
      Et là, le bourreau va revétir son costume de sauveur et dicter ses conditions. Les populations accepteront alors leur esclavage volontairement.

      C’est un scénario qui je l’espère ne se réalisera pas si le plus grand nombre possible sort de ce cercle infernal d’un monde hyper productif sans aucun sens de VIE et d’accomplissement interieur.

      La crise vient du mot du mot choix nous allons devoir choisir en conscience quel monde voulons nous créer.
      La mission de notre humanité et son véritable rôle dans
      l’univers, si des personnes plus avancées dans la conscience nous montrent la voie, chacun d’entre nous devra faire son propre chemin et participer à cette tache
      en cessant de déléguer aux autres. Nous sommes tous concernés et ce n’est plus uniquement un travail d’experts manipulateurs.

    Répondre à ce message

  • matière invisible • 22/11/2010 - 19:54

    En d’autres termes, les vampires vont jusqu’au bout de leur besogne sans avoir pitié de l’état de leur proie.
    Malheur aux faibles sur l’échiquier des vampires.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 21 septembre le monde
en devenir

Don rapide