Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Irlandais sacrifiés pour renflouer la City de Londres

La rédaction
visites
1985

Jeudi dernier, les hommes en noir du FMI et de la BCE débarquaient à Dublin pour faire entendre raison au gouvernement irlandais, qui refusait de s’endetter encore plus pour sauver les banques du pays. Trois jours plus tard, les 30 assassins techniques ont pu fêter leur victoire depuis leur luxueux palace gardé par la police anti-émeute dublinoise : en effet, le gouvernement irlandais du Premier ministre Brian Cowen, qui a déjà trahi son peuple en reniant le résultat du référendum sur le Traité de Lisbonne, a capitulé dimanche et accepté un prêt d’urgence de 90 milliards d’euros.

L’Etat irlandais a déjà payé l’an dernier 50 milliards d’euros pour combler les pertes de la banque AIB, succursale du cartel britannique Inter-Alpha, mais qui a malgré tout vu 13 milliards d’euros de dépôts retirés par ses clients depuis janvier. Le gouvernement irlandais va annoncer cette semaine 10 milliards d’euros de coupes dans les dépenses sociales et les services publics pour compenser le coût des renflouements ; l’adoption de ce budget d’austérité conditionnera l’aide de l’UE et du FMI. Pour ces 90 milliards d’ « aides », le Fonds européen de stabilité financière, une entité de droit privé implantée au Luxembourg, empruntera sur les marchés à des taux favorisés (bénéficiant de la garantie AAA de l’Allemagne et de la France) pour prêter ensuite à l’Irlande à taux fort (pour ne pas fausser le marché !). Si l’Irlande avait refusé cet argent, les grandes banques britanniques auraient été entraînées dans la chute. Royal Bank of Scotland, membre elle aussi du cartel bancaire Inter-Alpha, est exposée à hauteur de 67 milliards d’euros, la Llyods 31 milliards et la Barclays 25 milliards.

Comme si le désastre grec n’avait pas suffi, c’est au tour de l’Irlande. Le Portugal, l’Espagne et l’Italie sont menacés à très court terme. Va t-on attendre que ce soit notre tour pour organiser la faillite des spéculateurs ???


VIDEO : Sauver les nations, Mettre en faillite les spéculateurs - Intervention de J.Cheminade


Contactez-nous !