Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les Islandais disent merde à la City !

La rédaction
visites
1410

11 avril 2011 (Nouvelle Solidarité) – Lors du deuxième référendum sur le renflouement des créanciers internationaux de la banque IceSave, les Islandais ont à nouveau dit NON à la City de Londres. Depuis 2008 et la faillite de la banque islandaise, qui servait de conduit spéculatif pour les opérateurs de la City, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas exigent le remboursement de 3,9 milliards d’euros à leurs « investisseurs ». Malgré le soutien de la Commission européenne dans cette volonté de saigner le peuple jusqu’en 2046, et le soutien du Parlement islandais, les intérêts financiers anglo-hollandais ont à nouveau échoué face à la souveraineté du peuple.

Samedi, 60% des électeurs islandais, avec 75% de participation, ont rejeté la mise en esclavage de leur île. Pourtant, la propagande fut terrible et les sondages donnaient le OUI vainqueur il y a encore peu. En effet, les partisans du Oui ont promis que le Non plongerait l’île dans une grave crise et un isolement international sans précédent. Apparemment, cela ne semble pas faire peur aux Islandais qui ont préféré choisir la voie de la justice plutôt que de la soumission au chantage financier. En promettant de bloquer le processus d’adhésion de l’Islande à l’UE en cas de victoire du Non, les dirigeants européens ont probablement renforcé la conviction de la majorité des électeurs.

Désormais, les gouvernements britanniques et hollandais vont poursuivre l’Islande devant la Cour de justice européenne. En Islande, les Sociaux-démocrates et Verts au pouvoir, élus suite à la faillite du pays il y a deux ans, passent pour des collabos et la Premier ministre pousse des cris d’orfraie en annonçant le « chaos ».

En voyant cela, peut-être que certains dirigeants ici verront la réalité en face : « Jouez encore les courroies de transmission du fascisme financier et le peuple va vous dégager ». Pour les autres, patriotes et citoyens du monde, l’enjeu reste d’alimenter la perspective d’un système nouveau pour que la colère qui monte n’engendre pas une Terreur servant les tenants de ce monde financier.


A lire : Revenir à la dissociation historique des métiers financiers


Contactez-nous !