Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Lords anglais vont-ils enfin publier le résultat de l’élection au Zimbabwe ?

La rédaction
visites
728

10 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) - L’empire britannique pardonnera t-il un jour au Zimbabwe d’avoir voulu s’émanciper du monopole économique colonial ? Le matraquage médiatique opéré depuis l’extérieur du pays depuis l’élection du 29 mars et consistant à faire croire que le gouvernement de Mugabe était déjà fini, en est la preuve même.

A Londres, la Chambre des Lords n’en finit pas de commenter le sort de son ancienne colonie, comme si elle présidait encore à sa destinée. C’est le ministre d’Etat du Foreign and Commonwealth Office, Lord Mark Malloch-Brown, qui a dirigé le débat. Il a commencé par lire la déclaration du jour du ministre des Affaires étrangères David Miliband : « Lord Malloch-Brown et moi-même avons été en contact avec des présidents, des premiers ministres et des ministres des Affaires étrangères en Afrique du Sud et dans d’autres parties du monde. Il existe un consensus international comme quoi la volonté du peuple zimbabwéen sera comprise et respectée ». Lord Malloch-Brown fût interrogé après le débat sur le possible plan B du gouvernement britannique en cas de réélection du régime Mugabe, ce à quoi il répondit « un plan B n’est pas nécessaire, le régime est fini. Nous débattons maintenant des conditions de cette fin, pas de sa continuité ». Alea jacta est.

Pour ne pas nous faire entraîner dans les campagnes de l’Empire Britannique comme notre président (de la République ?), nous devons être capable d’identifier dans cette situation la main d’un incendiaire siégeant du haut de sa colline et qui se frotte les mains en regardant se répandre les multiples foyers qu’il a allumé dans la vallée. En effet ne vous êtes-vous pas demandé pourquoi la diplomatie britannique, après avoir enflammé quelques brindilles, laisse aux activistes de tout poil s’agitant autour du feu la responsabilité de l’attiser ?

  • Pour approfondir le sujet, cliquez ICI , ICI et ICI
Contactez-nous !