Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Les Marie-Antoinette s’agitent

La rédaction
visites
1125

6 février 2012 (Nouvelle Solidarité) — Sur les deux rives de l’Atlantique, alors que la crise frappe de plein fouet, les Marie-Antoinette sont à l’œuvre pour imposer les mesures d’austérité réclamées par leurs maîtres de la City et de Wall Street.

En Italie, le « nouveau vice-roi » Mario Monti a affirmé que les « jeunes devaient s’habituer à ne pas avoir d’emploi stable dans la vie », et que ce serait de toute manière une « chose ennuyante, que le changement est beau ».

A ceci s’ajoute le commentaire du président Giorgio Napolitani sur les derniers chiffres du chômage, appelant à changer « les méthodes de mesure » pour s’adapter au fait que chômage parmi les jeunes venait d’atteindre 31%. A noter que ce taux est de 43% en Grèce et de 51,4% en Espagne.

Tout ceci n’est pas sans nous rappeler les propos de notre dirigeante du Medef Laurence « Marie-Antoinette » Parisot, qui avait déclaré en 2007 : « La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? »

De l’autre côté de l’Atlantique, le candidat aux primaires républicaines pour la présidence Mitt Romney, dont la fortune est estimée selon ses propres calculs à 200 millions de dollars, a pour sa part déclaré sur CNN jeudi le 2 février qu’il « n’était pas très préoccupé par les très pauvres », car ils bénéficient « d’un très ample filet de sécurité dans ce pays ».

Rappelons que 46 millions d’Américains vivent aujourd’hui sous le seuil de pauvreté, et que 45 millions d’entre eux dépendent de coupons alimentaires pour se nourrir, et ce malgré les coupes à répétition dans ce type de programmes depuis le crash de 2007-2008. Entre-temps, les pouvoirs publics et la Réserve fédérale se démènent 24 heures sur 24 pour farcir les banques avec l’argent du contribuable et la planche à billet. La « First Lady » Michelle Obama y voit quant à elle un signe de « progrès remarquable ».

Contactez-nous !