Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les Verts européens de mèche avec les séparatistes

visites
975
commentaires
JPEG - 116.6 ko

26 juin 2010 (Nouvelle Solidarité) – Comme c’était prévisible, la victoire, lors du scrutin du 13 juin en Belgique, de Bart de Wever et le parti séparatiste flamand Nouvelle alliance flamande (N-VA), un pur produit du cartel bancaire InterAlpha, ouvre la boîte de Pandore de la dissolution des grands Etats-nations européens, dépassant de loin le cas spécifique de la Belgique.

Ainsi, le « divorce de velours » orchestré patiemment par celui que même la presse flamande caractérise comme « le cannibale », n’est qu’une expérience de laboratoire qui fixera la tendance en Europe pour ce que H.G. Wells appela « The Shape of Things to Come » [La forme des choses qui viennent].

En réalité, toute analyse rigoureuse du programme électoral du N-VA conduit à penser que le vrai nom que ce parti devrait adopter est celui de « Nouvelle alliance européenne » et non pas « flamande », car son programme, bien que séparatiste, n’est en rien une défense de la souveraineté nationale. Tout au contraire, la N-VA prône la collaboration et une soumission inconditionnelle à cet « Empire non-impérial » si cher à Barroso.

Il s’agit d’abord, comme pour les libertariens à la Ayn Rand, de réduire l’emprise de l’Etat sur l’économie ; de ramener, à l’instar du maire autoritaire Giuliani à New York, la sécurité dans les villes et les cités grâce à la « tolérance zéro » ; de réduire la pression fiscale sur les entreprises ; de reconduire les étrangers à la frontière ou chez eux grâce aux charters ; et surtout, de sabrer le budget de la Belgique d’au moins 22 milliards d’euros pour défendre la notation de sa dette sur les marchés et auprès des agences de notation. Austérité brutale donc, qui se fera sur le dos des plus fragiles généralement considérés comme des fainéants dont il faut botter le popotin.

Cerise sur le gâteau, Jan Jambon, le conseiller économique de Bart de Wever, dans les mesures avancées par son parti, nous raconte (Mesure 1) que d’un coté on devrait séparer les activités de banque de dépôt de ceux des banques d’affaires [type Glass-Steagall Act de Franklin Delano Roosevelt] tout en proposant que toutes les banques puissent continuer à spéculer mais dans un cadre plus restrictif. Ensuite, Jambon demande un renforcement considérable du rôle de la Banque centrale européenne (BCE) comme « fournisseur ultime de liquidités pour les banques systémiques ». [1] Lors d’un krach, estime-t-il, des petites nations seront incapables de se porter garant de la survie de grandes banques.

Sur le plan du démembrement des États-nations, il faut citer ici le commentaire « La Flandre, nation d’Europe » du député européen vert corse, François Alfonsi, publié sur son blog le 14 juin, c’est-à-dire au lendemain de la victoire des séparatistes. Pour Alfonsi « ce succès éclatant ouvre la voie à "l’élargissement intérieur" de l’Union Européenne qui, à l’avenir, devra compter également sur de nouveaux membres issus de l’intérieur même des frontières des 27 États-membres. » (!)

Cette affinité entre séparatistes et écologistes n’est pas nouvelle. A Strasbourg, ils siègent depuis belle lurette côte à côte dans un même groupe parlementaire, l’Alliance Libre Européenne (ALE), groupe créé sous l’impulsion de l’ancêtre du N-VA, la Volksunie, et présidé actuellement par Daniel Cohn-Bendit.

Joint par téléphone par Jean Quatremer, le correspondant de Libération à Bruxelles, Cohn-Bendit n’a pas hésité à défendre cette alliance pour le moins surprenante. Danny « ne voit aucun problème » à siéger avec les régionalistes : « ce sont des Européens, certes régionalistes, mais des Européens ».

Déjà en novembre 2007, Cohn-Bendit affirmait que « De toute façon, le poids de la Belgique en Europe, c’est zéro ». Il révéla également que « Le président de la Commission, Barroso, et les autres ne se tracassent pas face à cette menace de séparation (…) ce ne serait pas un problème qu’elle [la Belgique] explose. »

Aujourd’hui, pour Alfonsi, les choses sont encore plus explicites. La victoire des séparatistes est celle d’une « nation sans Etat » au détriment « d’une Belgique de conception typiquement francophone ». Une nouvelle ère s’ouvre devant nous, car « le parti de Bart de Wever, le très charismatique dirigeant de N-VA, a des objectifs clairs et nets, et il entend arriver à ses fins : faire reconnaître la Flandre comme une nation d’Europe à part entière. Et ouvrir ainsi la voie aux autres nations que l’ALE représente à Bruxelles, à commencer par l’Écosse, la Catalogne et Euskadi. »

La dislocation anticipée de l’euro qui s’annonce mettra brutalement un terme aux dangereuses illusions de toute cette nébuleuse séparatiste.


Article : Régionalisme, sécessionnisme, fédéralisme : l’Europe de Leopold Kohr, projet d’un fascisme universel



[1Banques dont la taille est telle que leur banqueroute provoquerait un effondrement systémique.

Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 29/06/2010 - 23:52

    ce succès éclatant ouvre la voie à "l’élargissement intérieur" de l’Union Européenne qui, à l’avenir, devra compter également sur de nouveaux membres issus de l’intérieur même des frontières des 27 États-membres. » (!)

    Intéressant !

    Donc un "membre" ou un état-membre c’est pareil ?

    Hypothèse : la bretagne, partie intégrante de l’"état-membre" France pourra siéger au même titre que la France ?

    Ubuesque ou kafkaïen ? Freud ! Freud ! à l’aide !

    Répondre à ce message

  • bcb • 29/06/2010 - 10:56

    La carte est très effrayante. Je ne veux pas être parano, mais tous les Etatas sont certes divisés en petites unités, sauf ... L’Allemagne, l’Autriche et la Suisse qui forment un gros bloc germanophone ! Cela ne rappelle pas l’Anschuss à certains par hasard ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide