Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les actions de la « nouvelle économie » dégringolent

La rédaction
visites
646

La frauduleuse « reprise » des actions de la « nouvelle économie », entre mai et juillet, est finie. Au cours de la semaine boursière qui s’est terminée le 28 juillet, l’indice Nasdaq a connu sa plus forte chute (10,5 %) depuis les hausses gigantesques de la période mars-avril. Les modèles de cette nouvelle économie, comme le producteur de matériel Internet, Cisco, et le plus grand commerçant sur Internet, Amazon, ont été les principaux perdants.

Au Japon, l’indice Nikkei a chuté de 5,8 % au cours de la même semaine, passant ainsi sous la barre de 16 000 points pour la première fois depuis 14 mois. Là aussi, les « valeurs technologiques » ont été les plus durement frappées. En Corée du Sud, les grandes sociétés comme SK Telecom et Samsung Electronics ont perdu respectivement 18 et 14 % en seulement deux jours de cotations, les 27 et 28 juillet.

En Allemagne, on assiste depuis quelques semaines à une liquidation sur les valeurs de la « nouvelle économie ». Les actions des petites société d’Internet ont souvent chuté de 70 à 90 % par rapports à leurs sommets de mars. Dans la dernière semaine de juillet, l’indice Nemax-50 de Francfort a baissé de 7 %. Sur l’indice DAX, Deutsche Telekom, Epcos et Infineon ont perdu de 10 à 15 % au cours de la même semaine.

Durant le week-end des 29 et 30 juillet, des avertissements quant à la possibilité d’un krach sont réapparus dans les médias, notamment en Grande-Bretagne. Un article du Sunday Telegraph du 30 juillet, intitulé « La bulle va-t-elle éclater ? », faisait remarquer que l’économie américaine présente actuellement tous les symptômes existant en Asie avant la « crise asiatique » de 1997. Son auteur, Andrew Smithers, écrivait que l’économie américaine accuse « un important déficit extérieur, des conditions de crédit qui se détériorent et une bulle sur le marché des actions. (...) Le déficit actuel du compte courant représente actuellement 4,3 % du PIB, (...) et le marché boursier est surévalué comme jamais auparavant. (...) Il finira dans les larmes, et plus les festivités dureront, plus sévère sera la gueule de bois. »

Le même jour, le Sunday Times publiait un article de John Humphrys remarquant que la City de Londres est infectée par le « court-termisme » et par des prix d’actions surgonflés, et que cette « maladie » ne peut être soignée que par « un krach ».

Contactez-nous !