Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Les conséquences de la destruction de la culture classique

La rédaction
visites
1124
commentaire

Le 28 avril, Helga Zepp-LaRouche, présidente du Bürgerrechtsbewegung Solidarität (Mouvement des droits civiques-Solidarité), a fait une déclaration sur la tuerie perpétrée par un jeune de 19 ans au lycée Gutenberg d’Erfurt, le 26 avril. « Dans notre société, il y a quelque chose de complètement détraqué », écrit-elle. La police a découvert au domicile de l’auteur du crime des jeux informatiques simulant des tueries, ainsi que des vidéos de films violents et d’horreur. Ce qui est en cause ici, « c’est d’un côté l’état moral de notre pays et, de l’autre, l’acceptation généralisée de la violence dans nos médias d’actualité et de divertissement ».

Helga Zepp-LaRouche rappelle son intervention lors d’une conférence de l’Institut Schiller à Washington, le 20 février 2000 : « J’ai fait une présentation au sujet de la « nouvelle violence », où j’ai mis l’accent sur la relation indiscutable entre la violence dans les médias et les jeux - en particulier dans les jeux vidéo Nintendo - et l’augmentation dramatique d’actes criminels violents commis par des jeunes. (...) A l’époque, j’avais appelé à une campagne internationale contre ces vidéos et ces films violents. Aujourd’hui, je renouvelle cet appel ».

Elle avait aussi mentionné le fait qu’à l’origine, les vidéos et « jeux » de tueries avaient été utilisés par l’armée américaine pour abaisser chez les recrues le seuil d’inhibition à tuer. « Au cours de leur formation, les Marines utilisaient une version de « Doom », précisément le jeu auquel s’entraînait le garçon de 14 ans, Michael Carneal, qui a tué trois filles en 1997 à Paducah (Kentucky), en les visant précisément à la tête.

« Après des décennies durant lesquelles nous avons été inondés de films d’Hollywood toujours plus pervers et glorifiant la violence, ainsi que de jeux violents interactifs, il n’est pas très surprenant que les statistiques officielles constatent aujourd’hui qu’en Allemagne, 175 000 adolescents sont « prédisposés à la violence ». (...) Toute société permettant cela ne devrait pas être surprise quand ce qu’elle a créé se retourne contre elle. Le massacre d’Erfurt n’est que l’explosion d’un phénomène qui s’amplifie depuis longtemps. »

Pour Helga Zepp-LaRouche, l’état d’esprit de la jeunesse et de la société allemandes est dû avant tout à la destruction du système d’éducation de Humboldt depuis les années 70. On a supprimé « le « ballast » de 2500 ans d’histoire européenne » et l’éducation a été « réorientée vers des besoins sociaux pragmatiques et étroits. La conséquence de cette réforme de l’éducation est bien connue, et les récents résultats du Programme 2000 d’évaluation internationale des étudiants ne fait que souligner des faits qui sont clairs depuis longtemps : un quart des jeunes de 15 ans sont considérés comme un « groupe à risque », leurs connaissances en mathématiques sont insuffisantes pour obtenir un quelconque travail et 42 % n’ont jamais lu un livre pour leur plaisir. Ce résultat signifie aussi que bien des adolescents n’ont aucune idée de la tradition classique allemande et qu’ils sont incapables de reconnaître les noms de Lessing, Mendelssohn, Schiller, Heine ou Moerike.

« Le système d’éducation conçu par Humboldt ne s’intéressait pas uniquement au contenu concret de l’éducation, mais à la formation du caractère de l’élève ; forger un caractère noble et beau devait être l’objectif de toute l’activité éducationnelle. Or, alors que cet objectif a été si longtemps négligé, les écoles n’offrant plus d’éducation humaniste classique, où nos enfants et nos jeunes vont-ils trouver des valeurs personnelles dans une société qui est, par ailleurs, complètement obsédée par des « plaisirs » insignifiants et dont l’état d’esprit de la population adulte est marqué par un égoïsme et un darwinisme social sans limite ?

« Nous ne surmonterons pas la crise profonde de l’Allemagne tant que nous ne reviendrons pas à des valeurs humanistes classiques. Il nous faut un programme scolaire qui soit orienté vers l’idée de Humboldt de perfectionnement de l’individu - un programme scolaire qui encourage le développement de toutes les capacités innées de l’élève et qui, en même temps, en fasse un citoyen soucieux de promouvoir l’intérêt général. »

Contactez-nous !

Don rapide